1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Salon de l'Agriculture 2018 : Macron promet encore, les agriculteurs restent dubitatifs
1 min de lecture

Salon de l'Agriculture 2018 : Macron promet encore, les agriculteurs restent dubitatifs

Opération déminage. En recevant jeudi 22 février à l'Élysée un millier de jeunes agriculteurs, Emmanuel Macron a tenté d'apaiser leur colère, avant d'aller inaugurer le Salon ce week-end à la Porte de Versailles. Il les a à moitié convaincus.

Le président Emmanuel Macron, le 22 février 2018
Le président Emmanuel Macron, le 22 février 2018
Crédit : AFP / Étienne Laurent
Salon de l'Agriculture 2018 : Macron promet encore, les agriculteurs restent dubitatifs
01:59
Virginie Garin & Loïc Farge

D'abord Emmanuel Macron a fait une étrange promesse. Il a évoqué la crainte des paysans français sur le futur accord commercial avec l'Amérique du sud. Nos éleveurs redoutent une invasion de bœuf brésilien et argentin.

Donc jeudi 22 février, le Président a promis qu'il n'y aurait "jamais en France de bœuf aux hormones". En Amérique du Sud, certains éleveurs effectivement dopent leurs vaches aux hormones pour les faire grossir plus vite.

Seulement voilà, cette pratique est totalement interdite en Europe depuis 25 ans. Bruxelles n'en veut pas pour des raisons sanitaires. Le Président Macron a donc promis d'interdire quelque chose de déjà interdit.

En fait, ce n'est pas ce bœuf-là qui inquiète nos éleveurs. Dans ces pays, on fait aussi de la viande sans hormones. Quelque 100.000 tonnes pourraient arriver dans les rayons en Europe. Et sur ce sujet, il n'a pas rassuré.

À lire aussi

Ensuite, le chef de l'État a promis des aides pour le bio. Mais il n'a pas précisé lesquelles. Surtout l'un des sujets qui horripile les agriculteurs ce sont les pesticides. L'an passé, au dernier salon, Emmanuel Macron, alors candidat, avait fait un tabac.

La rédaction vous recommande

Car partout où il s'arrêtait, il promettait de revenir en arrière sur toutes les normes européennes qui embêtent les agriculteurs. Cela leur avait beaucoup plu. "La France n'ira pas au-delà des directives européennes", avait promis le candidat Macron qui, devenu président, a fait le contraire sur la question du glyphosate.

Quand l'Europe a décidé d'autoriser le désherbant pour cinq ans de plus, lui a décidé de l'interdire dans trois ans. Et ça les agriculteurs ne l'ont toujours pas digéré. Donc la visite du Président au salon, samedi 24 février, risque d'être assez sportive.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/