1 min de lecture Retraites

Retraites : Emmanuel Macron "a un problème avec nos aînés", dit Xavier Bertrand

INVITÉ RTL - Xavier Bertrand, président des Hauts-de-Seine, réagit aux manifestations de retraités et de personnels de maisons de retraite.

Thomas Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Retraites : Emmanuel Macron "a un problème avec nos aînés", dit Xavier Bertrand Crédit Image : CHARLES PLATIAU / POOL / AFP | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Journaliste

Les retraités sont en colère, ils ont l'impression d'être la vache à lait du gouvernement. Partout en France, ils sont descendus dans la rue pour protester contre la hausse de 1,7 points de la CSG, et donc à la baisse de leurs pensions. Les professionnels des maisons de retraite manifestent également. Emmanuel Macron a-t-il un problème avec nos vieux ? 

Pour Xavier Bertand, président des Hauts-de-France, la réponse est claire : "oui, clairement, il y a un problème avec nos aînés et surtout, on donne le sentiment qu'on cherche à opposer les Français les uns aux autres, en considérant qu'ils [les retraités] sont privilégiés, qu'ils sont riches, parce qu'à 1.200 euros, on s'est aperçus qu'on était riches aujourd'hui en France", ironise-t-il. 

Et d'ajouter : "je pense que c'est une grave erreur et qu'un président de la République, ça doit rassembler les Français. Ça ne doit pas chercher à opposer les Français les uns aux autres".

C'était une injustice

Xavier Bertrand
Partager la citation

Pourtant, c'est une réalité que Xavier Bertrand a lui-même connu. En 2008, le gouvernement Fillon auquel il appartenait avait décidé de la disparition progressive de demie part fiscale des veuves. Ce qui leur permettait de ne pas voir leurs impôts augmenter brutalement du fait de la part fiscale du conjoint décédé.

À lire aussi
Le Sénat, le 9 juillet 2018. retraites
Parlement : la revalorisation des pensions agricoles dans la dernière ligne droite

"C'était une injustice. Et ça a été perçu comme tel. C'est un amendement sénatorial et le gouvernement à l'époque n'avait pas voulu s'y opposer, pensant que ça faisait des économies", justifie l'ancien ministre du Travail.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Retraites Réforme des retraites Manifestations
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants