1 min de lecture Séisme au Japon

Radiation 300 fois supérieure à la normale au nord de Tokyo

Le taux de radioactivité mesuré mercredi à Ibaraki, au nord de Tokyo, était 300 fois supérieur à la normale et s'établissait à 15,8 miscrosieverts par heure, rapporte l'agence de presse Kyodo. Ce niveau de radioactivité ne constitue pas un risque pour la santé, selon les autorités japonaises. Le nuage se déplace au gré des vents. Des vents scrutés avec une extrême attention par les voisins du Japon, en Chine, en Russie et jusqu'en Californie, au-delà du Pacifique. La peur est palpable jusqu'en Europe occidentale, pourtant située à près de 10.000 kilomètres. Dans ces pays, certains responsables politiques font preuve d'un pessimisme extrême, bien supérieur à celui des autorités japonaises.

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Carole Laporte-Many

Le calme régnait mercredi à Tokyo, où l'activité s'est fortement réduite depuis vendredi. Les vents étaient favorables en poussant vers l'océan Pacifique les rejets radioactifs de la centrale, et cette situation devrait se prolonger au moins jeudi, selon la météo.

L'enchaînement d'avaries à la centrale japonaise de Fukushima-Daiishi nourrit les vives craintes d'une contamination radioactive dans l'archipel, ainsi que dans les pays voisins. Mais les autorités japonaises affirment que la radioactivité n'atteignait un niveau dangereux pour la santé que sur le site même de la centrale, autour des quatre réacteurs endommagés.

En Chine, des messages catastrophiques ont été relayés sur internet et par SMS, mais les autorités ont assuré qu'aucun niveau anormal de radioactivité n'avait été détecté dans le pays. Les services douaniers des aéroports de Shanghai et de Pékin ont de leur côté indiqué que des contrôles de radioactivité étaient effectués sur les voyageurs à l'arrivée. Pékin s'est dit mardi "très préoccupé" au sujet de la sécurité des Chinois au Japon et a annoncé l'évacuation de milliers de ces ressortissants de la zone  sinistrée du nord-est du pays qui fait face à une grave crise nucléaire, quatre  jours après un violent séisme et un tsunami.

La panique gagne aussi l'Europe, pourtant située très loin de là. Des pharmaciens en Allemagne et en France ont fait état d'une hausse des achats de pastilles d'iode, utilisées pour bloquer l'accumulation d'iode radioactive dans le corps. "La France a activé 163 balises, dans l'hexagone et dans les départements d'outre-mer, pour suivre l'évolution de la contamination radioactive", a expliqué la ministre de l'Environnement Nathalie Kosciusko-Morizet.
Promo dossier Japon

Lire la suite
Séisme au Japon Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7668826147
Radiation 300 fois supérieure à la normale au nord de Tokyo
Radiation 300 fois supérieure à la normale au nord de Tokyo
Le taux de radioactivité mesuré mercredi à Ibaraki, au nord de Tokyo, était 300 fois supérieur à la normale et s'établissait à 15,8 miscrosieverts par heure, rapporte l'agence de presse Kyodo. Ce niveau de radioactivité ne constitue pas un risque pour la santé, selon les autorités japonaises. Le nuage se déplace au gré des vents. Des vents scrutés avec une extrême attention par les voisins du Japon, en Chine, en Russie et jusqu'en Californie, au-delà du Pacifique. La peur est palpable jusqu'en Europe occidentale, pourtant située à près de 10.000 kilomètres. Dans ces pays, certains responsables politiques font preuve d'un pessimisme extrême, bien supérieur à celui des autorités japonaises.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/radiation-300-fois-superieure-a-la-normale-au-nord-de-tokyo-7668826147
2011-03-16 11:00:00