2 min de lecture Animaux

Poulets d'élevage industriel : comment éviter ces produits en tant que consommateur ?

L'association L214 a révélé une vidéo de volailles ramassées avec une moissonneuse pour partir à l'abattoir. Sachez que quand on est consommateur et qu'on a le souci du bien-être animal, il y a des moyens de repérer ces produits pour ne pas les acheter.

C'est notre Planète iTunes RSS
Poulets élevés en batterie : comment éviter ces produits en tant que consommateur ?
Crédit Média : RTL Crédit Image : FRED TANNEAU / AFP
Voir la suite

Vous avez peut-être vu cette nouvelle vidéo dans un élevage de poulets filmée par l’association L214. On y voit des volailles ramassées avec une moissonneuse pour partir à l'abattoir. Des poulets jetés par terre, certains agonisants. Pourtant, quand on est consommateur et qu'on a le souci du bien-être animal, il existe des moyens pour repérer et éviter ce type de produits.

En effet, il faut d'abord regarder les labels sur l'étiquette. Cette vidéo de L214 a été filmée dans un élevage de poulets standard premiers prix. Le plus surprenant est qu'on n'y voit rien d’illégal à proprement parler. Les éleveurs ont en réalité le droit d'entasser 20.000 poulets dans un hangar. Des poulets blancs collés les un aux autres, il y en 22 au mètre carré dans cet élevage et c'est ce que prévoit la directive européenne. Des poulets qui grandissent très vite, si vite que certains n'arrivent pas à tenir debout parce qu'ils sont trop lourds. C'est donc pour cela qu'il y a cette moissonneuse qui permet de ramasser dans tout le bâtiment en quelques heures. 

Cela ressemble à une moissonneuse de céréales, avec une grande pelle devant. Elle conduit les poulets sur un tapis roulant et les entasse dans des caisses. Il y en a souvent trop et les poulets manquent d’étouffer. On voit des ouvriers, un peu dépassés par la cadence, jeter des animaux par terre. Ce type d’élevages de poulets industriels, cela représente quand même 80% de la production française

Des labels plus respectueux du bien-être animal

Mais sachez qu'il existe des labels plus respectueux tels que le Label Rouge et le label bio qui assurent que les volailles ont plus de place, deux fois plus de temps pour grandir et un accès à l’extérieur. Alors certes, c'est plus cher, mais c'est le prix à payer pour respecter à peu près le bien-être animal. Au niveau européen, l'association L214 essaie de convaincre des grandes marques qui achètent du poulet d'appliquer le "chicken commitment". Il s'agit d'un cahier des charges meilleur pour les animaux : Courtepaille, les surgelés Thiriet et Panzani se sont déjà engagés. Plus elles seront nombreuses, dit L214, plus les producteurs seront obligés de modifier leurs pratiques. 

La rédaction vous recommande