3 min de lecture Société

Paris : le nombre d'amendes pour incivilités a bondi de 118%

Cette année dans la capitale, le nombre de procès-verbaux dressés pour incivilités a augmenté de 118% par rapport à l'année 2016.

L'amende de 68€ pour jet de mégot représente 90% des verbalisations.
L'amende de 68€ pour jet de mégot représente 90% des verbalisations. Crédit : THOMAS COEX / AFP
Sarah Belien
Sarah Belien
Journaliste RTL

La mairie a dénombré 65.103 verbalisations infligés par les agents municipaux sur les 9 premiers mois de l'année. Les amendes dressées à Paris pour "incivilités" ont plus que doublé en un an, a annoncé lundi la maire PS de Paris Anne Hidalgo, grâce à une nouvelle brigade appelée à monter encore en puissance. 

Alors que Anne Hidalgo inaugurait des locaux de secteur de la DPSP (Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection) dans le XVe arrondissement, la maire affirme que c'est un "bilan très positif. C'est énorme. Nous voulons faire comprendre à chacun que la ville est notre bien commun et qu'il faut en prendre soin. Et que si on n'est pas très précautionneux, nous sommes là pour les rappeler à l'ordre".

Un montant moyen de 68 euros

Selon les chiffres de la ville de Paris, du 1er janvier au 27 septembre 2017, le nombre d'amendes infligées a augmenté de 118% par apport à l'année 2016. Ces amendes concernent les nuisances du quotidien sur les lieux publics, telles que les dépôts de déchets ou de gravas, les pipis sauvages, les jets de mégots ou encore le non-ramassage des crottes de chiens. Et parmi ces amendes, environ 90% s'élèvent à un montant de 68 euros, ce qui correspond à l'amende pour jet de mégot. 

Le coût des incivilités a connu une hausse spectaculaire. Celles pour jets de mégots sur le trottoir ont été multipliées par sept (+731%), il y a eu un peu plus de 10.000 verbalisations. Celles pour dépôts d'ordures sauvages ont augmenté de 137% (30.300 PV) et de 115 % pour épanchements d'urine (3.500 PV). Paris doit être une ville "plus sure, plus propre", a estimé Anne Hidalgo, les "habitudes des Parisiens évoluent, par exemple la culture du pique-nique, c'est bien, mais laisser les restes c'est devenu une très mauvaise habitude", a ajouté l'édile socialiste en plaidant pour "pédagogie et visibilité". La question de la propreté, pour laquelle la Ville dépense quelque 500 millions d'euros par an, est l'une des principales récriminations des Parisiens. 

La nouvelle brigade "anti-incivilités"

À lire aussi
Maltraitance : comment protéger les enfants ? société
Maltraitance : comment protéger les enfants ?

La nouvelle Direction de la Prévention, de la Sécurité et de la Protection créée en septembre 2016 et forte de 1.900 agents, a également pour mission d'assurer la sécurité du quotidien, comprenant le respect des règlements dans l'espace public, protection des bâtiments, etc. 

Elle sera renforcée d'ici le 1er janvier avec quelque 1.300 agents de la Préfecture de police qui reviennent dans le giron de la municipalité après la réforme du statut de Paris. Leurs tâches actuelles de contrôle des stationnements payants seront confiées à des entreprises privées

Le transfert de compétences serait programmé pour janvier prochain.  Les ASP (Agents de surveillance de Paris) qui rejoindront la DPSP devraient avoir pour mission prioritaire la lutte contre les nuisances "routières", comme le non-respect des vignettes Crit'air, le stationnement ou l'arrêt dans les couloirs de bus, la circulation des vélos sur les trottoirs... Les verbalisations ne devraient pas baisser de si tôt.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Paris Anne Hidalgo
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants