1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Paris : la fermeture à la circulation des voies sur berge annulée, Hidalgo fait appel
1 min de lecture

Paris : la fermeture à la circulation des voies sur berge annulée, Hidalgo fait appel

Anne Hidalgo avait fait voter cette délibération pour lutter contre la pollution de l'air dans la capitale en septembre 2016. La maire de Paris a décidé de faire appel.

Des voitures sur les voies sur berge à Paris
Des voitures sur les voies sur berge à Paris
Crédit : SIPA
Ludovic Galtier & AFP

Coup dur pour Anne Hidalgo. Près d'un an et demi après la décision du Conseil de Paris de fermer à la circulation les voies sur berge rive droite, le tribunal administratif a purement et simplement annulé, mercredi 21 février, la délibération datée du 26 septembre 2016.

Théoriquement, cette décision est exécutoire mais dans les faits les voitures ne circuleront toujours pas sur les voies sur berge ce mercredi. Immédiatement, la maire de Paris, Anne Hidalgo, a annoncé faire appel de la décision du tribunal. "Nous avons décidé de prendre sans attendre un nouvel arrêté de pietonnisation", a-t-elle ajouté en conférence de presse. La région Île-de-France, quant à elle, souhaite que "la Ville engage enfin une vraie concertation".

Selon le tribunal, ce texte porté par la maire socialiste a été adoptée à la suite d'une étude d'impact environnemental qui "comportait des inexactitudes, des omissions et des insuffisances concernant les effets du projet sur la circulation automobile, les émissions de polluants atmosphériques et les nuisances sonores, éléments majeurs d’appréciation de l’intérêt général du projet." 

Un projet d'intérêt général ?

L'objectif de la délibération, qui "déclarait l'intérêt général de l'opération d'aménagement des berges de la rive droite de la Seine", était de lutter contre la pollution de l'air. En août 2016, un mois avant le vote, la commission d'enquête publique avait estimé ne pas pouvoir se prononcer sur l'intérêt général du projet.

À lire aussi

Sur son site, le tribunal administratif de la capitale ajoute enfin que par voie de conséquence "l’arrêté du 18 octobre 2016 de la maire de Paris créant une promenade publique sur l’emplacement de la voie Georges Pompidou." L'arrêté était basé sur un article de loi "ne permettant pas au maire de prononcer une interdiction permanente d’’accès des voitures à une voie mais uniquement d’interdire cet accès, à certaines heures."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/