1 min de lecture Société

Parcoursup : la nouvelle plateforme est critiquée

INVITÉ RTL - Nathan Le Potier, secrétaire général de l'UNL-SD, critique la nouvelle plateforme d'inscription à l'université, qui a remplacé APB.

L'invité de RTL Petit Matin
Parcoursup : la nouvelle plateforme est critiquée
Crédit Média : RTLnet
Voir la suite

La plateforme Parcoursup, qui remplace la très décriée APB, est en ligne depuis lundi 15 janvier. Les lycéens peuvent donc se familiariser avec ce nouvel outil, qui va leur servir à s'inscrire à partir du 22 janvier en études supérieures. Parmi les nouveautés de cette plateforme, le futur étudiant formule jusqu'à 10 voeux, contre 24 pour APB, et des compétences spécifiques sont attendues par certaines facultés, qui pourront réclamer une remise à niveau des étudiants refusés.

Un critère qui ne convient pas à Nathan Le Potier, secrétaire général de l'Union nationale lycéenne (UNL-SD), invité de RTL : "Ça ne passe pas. C'est bien une sélection à l'entrée à l'université. Le principal problème aujourd'hui, c'est le manque de places dans les lycées et les universités, ça mine le système éducatif. Le gouvernement ne veut pas s'engager sur une hausse de moyens, il décide donc de trier les étudiants."

La disparition de l'ancienne plateforme APB a été bien accueillie par les lycéens. Est-ce alors difficile de les mobiliser contre Parcoursup ? "Absolument pas, répond Nathan Le Potier. Plusieurs dizaines de lycées sont bloqués, ce sont des chiffres plutôt bons. La disparition d'APB est une bonne chose, mais le gouvernement applique les mauvaises solutions aux problèmes."

L'équipe de l'émission vous recommande
Contenus sponsorisés