3 min de lecture L'heure du crime

Paquita Parra : bientôt la vérité ?

REPLAY - Après 21 ans de mystère, le meurtre de Paquita Parra, en 1998, sera peut-être résolu dans les prochaines semaines...

L'Heure du Crime - Pradel L'heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
L'affaire Pacquitta Parra : bientôt la vérité? Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Emilien Vinee

Une affaire qui est peut-être en passe d’être élucidée grâce à un incroyable rebondissement : l’assassinat en 1998 d’une jeune femme de 30 ans, Paquita Parra, employée d’une grande enseigne de supermarchés dans la région d’Angoulême
Dans la nuit du 3 au 4 décembre 1998, vers 3h du matin, les gendarmes se rendent dans le bourg de Puymoyen, à quelques kilomètres au sud Angoulême. 


On leur a signalé qu’une Fiat Uno rouge deux portes, était en feu. En arrivant sur place, ils découvrent, à l’intérieur de cette voiture aux portes verrouillées, le cadavre partiellement carbonisé d’une jeune femme, sur le siège avant. L’hypothèse du suicide, sera très vite abandonnée L’autopsie, permet en effet de constater que la jeune femme était déjà morte lorsque la voiture a pris feu. Ses poumons ne contenaient pas de fumée.

L’enquête s’oriente dès lors vers celle d’un meurtre, mais une succession de dysfonctionnements, d’erreurs, de vices de procédures, vont conduire la justice à récuser la juge d’instruction en charge du dossier pour partialité, et à annuler les poursuites contre un suspect mis en examen pour homicide volontaire. Le dossier est officiellement clos en 2010. Faute de preuve, l’information judiciaire débouche sur un non-lieu.


Mais, en juin 2018, on apprend que, quelques mois plus tôt, lors d’une sortie scolaire, une élève d’un collège du nord du département a découvert par hasard, dans un bois, un coffret en plastique rose contenant des documents et des effets personnels de Paquita Parra.

Cette découverte a immédiatement relancé l’enquête sur le meurtre de la jeune femme. Le juge d’instruction en charge du dossier a ordonné l’exhumation du corps de la victime, le 4 septembre prochain, pour procéder à de nouveaux examens. Quatre experts de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la Gendarmerie nationale) tenteront d’identifier les causes de la mort, qui n’ont jamais été établies, et ils devraient aussi procéder à des analyses ADN à la lumière des plus récentes avancées techniques.

À lire aussi
Flacons de josacine l'heure du crime
La josacine empoisonnée : le sirop du doute


Nos invités

Bernard Hautecloque, historien et écrivain, auteur du livre « Les grandes affaires criminelles non élucidées » paru aux éditions De Borée en juin dernier.






Lire la suite
L'heure du crime Crime Meurtre
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants