1 min de lecture Obsèques

Obsèques : le "Business de la mort", des pratiques choquantes mais légales

ÉCLAIRAGE - Dans une étude, l'association "60 millions de consommateurs" épingle les aspects abusifs du "business de la mort", pratiqué dans certains crématoriums.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
"Business de la mort" : des pratiques choquantes mais légales Crédit Image : MYCHELE DANIAU / AFP FILES / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Eric Vagnier
Éric Vagnier édité par Thomas Pierre

Un recyclage particulièrement morbide. L'association 60 millions de consommateurs publie un hors-série sur les héritages et les successions. Elle explique que certains crématoriums récupèrent les métaux précieux après les crémations, comme par exemple les dents en or ou les prothèses, et les revendent à des entreprises de recyclage

Des pratiques choquantes, mais qui sont bien légales, autorisées par la loi de décembre 2008. Elles sont pourtant mal encadrées. Ce sont effectivement des entreprises de recyclage mandatés par les crématoriums qui récupèrent au milieu des cendres les métaux qui n'ont pas brûlés : dents en or,  prothèse en inox, stérilets en cuivre. Ces métaux sont ensuite revendus à l'industrie notamment dans le secteur de l'électro-ménager, de l'aéronautique et de l'automobile. 

Problème : les familles sont rarement mises au courant puisque dans la loi il n' y a aucune obligation légale d'information des proches du défunt et encore moins d'obligation d'obtenir leur autorisation. 

Un business qui rapporte gros

Deuxième aspect choquant : c'est devenu un business qui rapporte gros. À peu près 60.000 euros par tonne extraite des cendres. Chaque année, c'est une centaine de tonnes qui est ainsi récupérée dans les crématoriums. 

À lire aussi
La forêt de Retz à Saint-Pierre-Aigle chiens
Femme enceinte tuée par des chiens : où en est l'enquête ?

La loi ne dit rien sur la destination des bénéfices tiré de ce recyclage très particulier. L'argent finit donc dans les caisses des crématoriums et de leurs sous-traitants du secteur du recyclage. Il est quelques fois rétrocédé en partie à des associations solidaires pour aider notamment les familles modestes à payer des frais d'obsèques. Mais là aussi rien d'obligatoire. Les proches du défunt en tout cas ne touchent jamais un centime. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Obsèques Éclairage Enquête
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants