1 min de lecture Santé

Mort de Naomi : "Ce genre de drame n'est pas concevable", estime le président du Samu

INVITÉS RTL - Thomas Mesnier, député REM de Charentes et médecin urgentiste de formation, et le président du Samu Urgences de France, François Braun, reviennent sur le dysfonctionnement du Samu qui a conduit au décès de Naomi Musenga, 22 ans.

Calvi-245x300 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Mort de Naomi : "Ce genre de drame n'est pas concevable", estime le président du Samu Crédit Image : PIERRE ANDRIEU / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi Journaliste RTL

À la fin de l'année 2017, Naomi, 22 ans, appelle le Samu pour des douleurs violentes au ventre. Moquée par l'opératrice qui prend en charge son appel, elle décédera quelques heures plus tard à l'hôpital. "Ce genre de drame n'est pas concevable", réagit François Braun, président du Samu Urgences de France au micro de RTL. Les urgentistes "ne sont pas dans cette logique et dédient leur carrière pour sauver et aider les gens, défend-il. Tout le monde a été extrêmement choqué par ce que nous avons pu entendre". 

Une enquête préliminaire a été ouverte qui devra déterminer les circonstances exactes du dysfonctionnement. "Il est clair que cela semble plus être un problème individuel qu'un problème d'organisation", estime François Braun. 

Encore urgentiste il y a un an, le député REM de Charentes Thomas Mesnier rejoint le propos de son interlocuteur sur RTL, tout en relativisant la responsabilité du Samu. "Chaque année, le Samu prend en charge 25 millions d'appels. C'est finalement un appel presque chaque seconde, et pris en charge par des professionnels dévoués, parfaitement engagés dans leur mission, et tout se passe pour le mieux", rappelle-t-il. Celui-ci se dit "particulièrement choqué" par la bande-son de l'appel. "Jamais ça ne doit se passer comme ça", estime le député.

"Est-ce que c'est un problème de personne, est-ce que c'est un problème de compétences, de formation ? L'enquête nous le dira", poursuit-il. "À toutes les étapes de prise en charge, aucune procédure n'a été respectée, insiste François Braun. C'est une succession de dysfonctionnements qu'il convient d'analyser de façon séparée mais aussi de façon globale".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Santé Urgences Société
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants