3 min de lecture Tueur en série

Les disparues de Perpignan

REPLAY - À la fin des années 1990, à Perpignan, une adolescente disparaît et trois jeunes femmes sont assassinées. La psychose saisit la ville face à la cruauté d’un prédateur sexuel hors norme. Pendant vingt ans, les enquêteurs ont traqué le serial killer. Une valse de suspects et un innocent emprisonné.

Jean-Alphonse Richard L'heure du Crime Jean-Alphonse Richard iTunes RSS
>
Les disparues de Perpignan Crédit Image : DR | Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Charlotte Meritan

L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’Heure du Crime l’affaire des disparues de Perpignan, qui n’est pas terminée, car malgré l’arrestation et les aveux des auteurs de trois assassinats, qui sont maintenant résolus, il reste une dernière énigme : la disparition en 1995 d’une jeune fille de 17 ans, dont on n’a jamais retrouvé le corps.

Tatiana, Mokhtaria, Marie-Hélène, Fatima… Une disparition, trois meurtres horribles, un point commun : le quartier de la Gare de Perpignan. Et une enquête qui aboutit enfin en octobre 2014, après 18 ans de mystère à l’arrestation d’un homme, Jacques Rançon, confondu par son ADN dans le meurtre de Moktaria Chaïb en 1997. Il a également avoué, depuis, une tentative d’agression contre une jeune fille qui s’en est sortie par miracle, et le meurtre de Marie-Hélène Gonzales en 1998.

En 2001, les policiers du SRPJ de Montpellier avaient déjà identifié et interpellé l’assassin d’une autre victime, Fatima Idrahou. La disparition de Tatiana Andujar, une jeune lycéenne âgée de 17 ans, le 24 septembre 1995, reste donc la dernière énigme à résoudre dans cette terrible affaire.

À lire aussi
religions
Meurtre du pasteur Doucé : affaire d'Etat ?

Nous revenons sur l’ensemble du dossier avec mes invités dans un instant.

3 meurtres et une disparition près de la gare de Perpignan dans les années 1990

En 1998, la ville de Perpignan vit une psychose digne d'un polar : deux jeunes filles sont retrouvées mortes à 6 mois d'intervalle dans le quartier de la gare, alors qu'une autre, au profil similaire, a elle aussi disparu 3 ans auparavant sans qu'on ne retrouve son corps. 

Mokhtaria a disparu le 21 décembre 1997. Le 16 juin 1998, c'est Marie-Hélène Gonzalez, 22 ans, qui disparaît mystérieusement. On retrouvera son corps 10 jours plus tard à Perpignan, tête et mains manquantes. Ces parties mutilées de son corps ne seront découvertes qu'en décembre 1998, dans un sac plastique.

Pendant trois ans, l'enquête piétine. Deux premiers suspects sont finalement relâchés, faute de preuves. Jusqu'au meurtre suivant, début février 2001, de Fatima Idrahou. On pense avoir une nouvelle fois affaire au tueur en série de la gare de Perpignan. Pourtant, deux semaines plus tard, un homme, Marc Delpech avoue le meurtre de la jeune femme. Selon les enquêteurs, son profil ne correspond pas à celui d'un serial killer : le mobile du meurtre est passionnel. Malgré d'étranges coupures de presse qui semblent révéler l'obsession de Marc Delpech pour l'affaire des disparues de Perpignan, il ne sera pas poursuivi pour les meurtres de Mokhtaria et Marie-Hélène, et la disparition de Tatiana.

Mais le plus gros rebondissement de l'affaire survient en 2014, plus de quinze ans après les meurtres. Un suspect, déjà fiché pour des agressions sexuelles et confondu par une trace ADN recueillie sur le corps de Mokhtaria Chaïb, est mis en garde à vue le 15 octobre. Jacques Rançon avoue le meurtre de la jeune fille le lendemain. Il faudra attendre plus de huit mois pour qu'il avoue celui de Marie-Hélène, ainsi qu'une autre tentative de meurtre. Il devrait être jugé en 2017. 

La disparition de Tatiana Andujar reste la seule non élucidée dans l'affaire des disparues de Perpignan.

A propos du livre "Les disparues"

À la fin des années 1990, à Perpignan, dans le quartier de la gare, une adolescente disparaît et trois jeunes femmes sont assassinées. Sans un cri, sans un témoin.

La psychose saisit la ville face à la cruauté d’un prédateur sexuel, fétichiste hors norme. Deux des victimes ont subi d’atroces mutilations jamais vues en France au XXe siècle.

Pendant vingt ans, les enquêteurs ont traqué le serial killer. Une valse de suspects et un innocent emprisonné durant neuf mois, lynché par la vox populi. En 2015, l’ADN a fini par résoudre une partie de l’énigme.

À la veille d’un procès très attendu, Thibaut Solano restitue une intrigue policière oppressante. Il retrace aussi la vie des jeunes victimes : Tatiana, Mokhtaria, Marie-Hélène et Fatima. Obstiné et solitaire, il a enquêté  plusieurs années pour livrer ce récit glaçant et haletant.

Les disparues
Les disparues

Nos invités

Thibaut Solano, journaliste à La Montagne. Il s’est passionné pour cette affaire et a mené une enquête de plus de deux ans. Son livre Les disparues sort aujourd’hui aux éditions Les Arènes ; Me Xavier Capelet, avocat au barreau de Perpignan. Actuel avocat de Jacques Rançon ; Me Etienne Nicolau, avocat au barreau de Perpignan. Avocat des familles des victimes.

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Lais
sez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Tueur en série Perpignan Disparues de Perpignan
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants