3 min de lecture Verts

Gouvernement : l'éternelle question de la présence des Verts

Les tensions entre socialistes et écologistes se multiplient. Depuis le retour de la gauche au pouvoir, les Verts ne cessent de débattre de leur éventuelle sortie. Chronologie.

Cécile Duflot, ministre du Logement
Cécile Duflot, ministre du Logement Crédit : PATRICK KOVARIK / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL

"S'il n'y a pas une grande orientation écologique d'ici la fin de l'année, ça sera difficile pour les Verts de rester au gouvernement", a prévenu vendredi Barbara Pompili au micro de RTL. "S'ils prennent en compte ce qu'ils ont obtenu depuis un an et les perspectives, les Verts devraient partir tout de suite", abonde Jean-Michel Aphatie. Selon lui, "le gouvernement ne leur lâche rien (...) car faire une politique écologique coûte cher". Seule solution pour le gouvernement : faire "avaler les couleuvres" aux Verts afin de les ménager. "Le gouvernement le fait "avec le sourire et avec un certain talent", juge encore l'éditorialiste.

Depuis mai 2013, certains Verts ont ainsi plusieurs fois remis en cause la présence des écologistes au gouvernement. 

Le rapport Gallois, trop peu écologiste

En novembre 2012, le sénateur EELV Jean-Vincent Placé n'avait pas mâché ses mots : "Nous nous posons la question de savoir ce que nous faisons au sein du gouvernement." Il dénonçait "le virage post-rapport Gallois", dont les annonces font, selon lui, la part belle aux "entreprises sans contreparties et sans conversion écologique". "Je suis moi-même de plus en plus perplexe quant à cette participation gouvernementale", avait-il ajouté, comme le relate Le Point

À lire aussi
Le candidat du parti d'extrême droite autrichien Norbert Hofer Autriche
Autriche : pourquoi les électeurs votent (encore) ce dimanche 4 décembre ?
La rédaction vous recommande

L'épineux dossier Notre-Dame-des-Landes

Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes est vivement combattu par les écologistes
Le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, près de Nantes est vivement combattu par les écologistes Crédit : AFP / Archives, Alain Jocard

En janvier 2013, les tensions se sont cristallisées autours du dossier de Notre-Dame-des-Landes, mais également autour de la fiscalité écologique. Dans une interview donnée à L'Express, Pascal Durand, secrétaire national d'EELV, avait ainsi averti : "Si le gouvernement ne s’engage pas, en juin ou en juillet, sur une puissante initiative en faveur de la fiscalité écologique, les ministres Verts ne pourront plus rester au gouvernement", rappelle Le Lab

L'exploitation du gaz de schiste : une "ligne rouge"

Un mois après les mises en garde de Pascal Durand, Jean-Vincent Placé avait rappelé dans une interview au Figaro que l'interdiction de l'exploitation des gaz de schiste constituait la base de l'alliance politique d'EELV avec le PS, juste après la décision du gouvernement de lancer une étude de faisabilité sur les gaz de schiste. "L'exploitation des gaz de schistes est une ligne rouge. Si elle était franchie, notre participation au gouvernement serait remise en cause", avait-il menacé.

L'évincement de Delphine Batho

Delphine Batho quitte l'Assemblée nationale, le 4 juillet 2013
Delphine Batho quitte l'Assemblée nationale, le 4 juillet 2013 Crédit : AFP / PATRICK KOVARIK

Après le coup de théâtre de juillet 2013 et le limogeage de la ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, Delphine Batho, Pascal Canfin avait de nouveau menacé d'un départ des ministres verts. Il avait abondé dans le sens des critiques de Delphine Batho :  "Nous considérons qu'il faut maintenant davantage d'actes posés par ce gouvernement pour faire que la transition écologique soit réellement une priorité de la France et du gouvernement. Il y a devant nous des rendez-vous qui sont déterminants et si ces rendez-vous étaient ratés, à ce moment là (...) bien évidemment nous en tirerons toutes les conséquences."
Delphine Batho avait critiqué sur RTL le budget 2014, le qualifiant de "mauvais", avant d'être limogé par le président.

Cacophonie sur la taxe diesel

En septembre 2013, le débat porte sur la taxe diesel, qui pourrait être abandonnée par les socialistes. Elle est pourtant indispensable pour la coprésidente des Verts à l'Assemblée nationale, Barbara Pompili, qui estime que "le diesel tue des gens".

La rédaction vous recommande

Son absence n'empêchera pas les Verts de voter le budget, à condition que d'autres mesures soient prises sur le logement, les transports en commun, une forme de fiscalité écologique. "J'ai toujours été de ceux qui disaient qu'il fallait être dans le gouvernement et je le pense toujours", affirme Barbara Pompili. "Mais à un moment, il faut que le gouvernement tienne ses engagements, et pas que pour faire plaisir aux Verts", a-t-elle prévenu sur RTL. 

>
Barbara Pompili : "Compliqué pour les Verts de rester au gouvernement" Crédit Image : Damien Rigondeaud / RTL.fr | Crédit Média : RTL | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Verts Info Écologie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7764525176
Gouvernement : l'éternelle question de la présence des Verts
Gouvernement : l'éternelle question de la présence des Verts
Les tensions entre socialistes et écologistes se multiplient. Depuis le retour de la gauche au pouvoir, les Verts ne cessent de débattre de leur éventuelle sortie. Chronologie.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/les-couleuvres-avalees-par-les-verts-depuis-qu-ils-sont-au-gouvernement-7764525176
2013-09-13 17:49:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/pu1cAdWfH0-7lo5o7j6JXA/330v220-2/online/image/2013/0913/7764527413_cecile-duflot-ministre-du-logement.jpg