1 min de lecture Environnement

La Normandie touchée par les algues vertes

Les Algues Vertes gagnent du terrain. Jusqu'ici elles proliféraient dans le Nord de la Bretagne, mais depuis quelques jours, le fléau touche d'autres zones. Jeudi, la plage de Saint Nazaire en Loire Atlantique était fermée. Depuis, les algues nauséabondes sont aussi arrivées en masse sur les plages du Débarquement en Normandie. Jamais une telle quantité n'avait été recensée dans la région, à tel point que la baignade est menacée entre Utah Beach et Omahah Beach, sur la commune de Grand Camp Maisy.

Un tracteur ramasse des algues vertes
Un tracteur ramasse des algues vertes Crédit : DR
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Nicolas Bauby

La station balnéaire de Grandcamp-Maisy, entre Utah et Omaha Beach (Calvados), hauts lieux de mémoire du Débarquement, fait face à des marées vertes qui inquiètent sérieusement les élus locaux.
  
"Nous avons déjà ramassé 4.880 tonnes d'algues (à 50%/60% vertes). On dépasse déjà la collecte 2010. On a eu cet été jusqu'à 80 cm d'épaisseur. En septembre, on avait eu jusqu'à un mètre", explique Serge Bigot maire de la commune.
  
Avec ses 2.000 m3 d'algues vertes ramassées en 2010, Grandcamp est encore loin des 15.000 m3 ramassés à Saint-Michel-en-Grève, la commune bretonne qui a collecté le plus d'algues en 2010, selon le Centre d'étude et de valorisation des algues (Ceva) qui suit le phénomène au niveau national depuis la Bretagne.

Pas aussi important qu'en Bretagne
  
En outre en Basse-Normandie, ce qui est ramassé est un mélange en général à 50/50 d'algues vertes et d'autres alguesalors qu'en Bretagne ce ne sont quasiment que des algues vertes. Et les longues plages du Débarquement sont plus propices au ramassage que les criques bretonnes, ce qui rend le problème moins aigu.
  
Mais la région n'est pas à l'abri du risque d'émission de gaz toxique, estime le Ceva. Le conseiller général UMP et président de la communauté de commune de Isigny-Grandcamp Louis Lelong est d'ailleurs "préoccupé" par le financement du ramassage et les conséquences possibles du phénomène sur l'activité touristique et ostréicole.
  
"Pour la deuxième année consécutive, nous avons une aide exceptionnelle du conseil général qui nous permet de ramasser les algues avant qu'elles ne soient dangereuses. Mais si nous n'avons plus d'aide...", s'inquiète l'élu qui a vu des algues vertes apparaître sur les plages environnantes.
  
Un phénomène qui s'amplifie

Selon les élus le phénomène des algues vertes s'est amplifié ces dernières années. "Il y a deux, trois ans un hôtel sur la plage de Grandcamp a vu fuir ses clients. Les algues deviennent très vite nauséabondes. Le 3e jour si on ne ramasse pas c'est insupportable", explique le conseiller général.
  
Il cherche à financer une étude de l'université pour examiner les causes de ce phénomène. Grandcamp est en bordure de la baie des Veys, plutôt fermée, avec des cultures intensives et des particuliers ici comme ailleurs pas toujours rigoureux dans la gestion de leurs égouts.
  
Le canton accueille des étables de quelques 100 unités mais n'a pas de production porcine significative, selon M. Lelong. Pour l'agence de l'eau Seine-Normandie, Grandcamp est "un point singulier" dans une région d'élevage plutôt extensif qui ne connaît que "quelques pics" d'algues vertes mais "pas de phénomène permanent".
  
Selon le Ceva, la surface couverte par les algues vertes dans le Calvados était de 76 hectares en 2010 (167 en 2009) contre 675 dans les Côtes d'Armor, 27 en Loire-Atlantique, 71 en Vendée.

Lire la suite
Environnement Mer Vie pratique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants