3 min de lecture Environnement

La couche de glace la plus solide de l'Arctique se brise pour la première fois

Connue pour être "la dernière zone de glace" pouvant résister au réchauffement climatique, cette partie de la banquise, située au Groenland, s'est rompue à deux reprises depuis le début de l'année. Une situation très inquiétante.

La faille de la banquise Larsen C, en Antarctique, en février 2017
La faille de la banquise Larsen C, en Antarctique, en février 2017 Crédit : STRINGER / BRITISH ANTARCTIC SURVEY / AFP
Leia Hoarau
Leia Hoarau
Journaliste

Ce que les scientifiques et les défenseurs de l'environnement redoutaient est arrivé. La plus vieille et la plus solide couche de glace, située au nord du Groenland, s'est brisée pour la première fois, révèle le quotidien britannique The Guardian.

Une situation inquiétante qui donne le pouls de l'état de santé général de l'environnement sur Terre. Les scientifiques prédisaient au départ que cette partie de l'Arctique serait celle qui résisterait le mieux au réchauffement climatique.

"Cette zone a souvent été appelée 'la dernière zone de glace' car il a été suggéré que la dernière glace de mer de l'Arctique serait à cet endroit. Les événements de la semaine dernière suggèrent qu'en réalité, la dernière zone de glace pourrait être plus à l'ouest", explique Ruth Mottram, glaciologue et scientifique spécialisé dans le climat à l'Institut météorologique danois.

À lire aussi
Une trottinette électrique de la marque Lime. pollution
Marseille : des trottinettes électriques repêchées au fond de la mer

Des températures élevées et des vents forts

Cette partie de la banquise a été sujette, en février et au début du mois d'août, à des températures anormalement hautes. Alors qu'elles sont généralement de -20°C dans cette région de la planète, la station météorologique de Cap Morris Jesup a enregistré, en début d'année, des températures supérieures au seuil habituel de congélation de la banquise ainsi que des vents chauds.

Pire, à la mi-août, le thermomètre est monté jusqu'à 17°C, un record, et les vents ont dépassé les 20 km/h. Des conditions climatiques néfastes au maintien du froid, alors que les eaux situées dans cette région de la planète restent normalement gelées en été. 

Conséquence : d'énormes quantités de glace ont fondu et la banquise, connue jusqu'ici comme étant la plus vieille et la plus solide, a commencé à se rompre à deux reprises : en février et en août.

L'eau chaude ouvre des brèches

Malgré les températures particulièrement élevées, la glace du nord du Groenland est généralement compacte en raison du courant de dérive transpolaire, l'un des deux phénomènes climatiques qui poussent la glace de la Sibérie à travers l'Arctique jusqu'à la côte, où elle s'empile et forme la banquise. 

Avec une épaisseur de 4 à 20 mètres en moyenne, ces couches de glace empilées ne sont pas faciles à déplacer. Mais les forts vents que la région a connu au cours de l'hiver dernier a réussi à la pousser vers le détroit de Fram, où l'eau est assez chaude pour faire apparaître des brèches. 

"Je ne peux pas dire combien de temps cette faille va rester ouverte, mais même si elle devait se reboucher dans quelques jours, le mal est fait", déclare Thomas Lavergne, scientifique français travaillant à l'Institut météorologique de Norvège, qui décrit cette situation comme "effrayante".

Ces brèches se sont transformées en canyon, et l'eau s'est engouffrée toujours plus profondément jusqu'à atteindre la partie la plus épaisse et la plus froide de la glace arctique. "Je pense que le réchauffement solaire de la colonne d'eau va augmenter et cela retardera le gel et le formation de glace", déclaire Rasmus Tonboe, expert de la glace marine à l'Institut météorologique danois. Un véritable cercle vicieux.


Alors qu'au pôle opposé, l'Antarctique fond trois fois plus vite qu'il y a cinq ans, les prévisions des scientifiques envisagent la disparition totale de la glace de l'Arctique entre 2030 et 2050. Même si la fonte totale de la glace pourrait augmenter le business de certains - le Canada et la Russie se disputent depuis plusieurs années la "route de l'Arctique" -  la communauté scientifique craint de nouvelles "surprises" qui conduiraient à un changement climatique rapide et irréversible.

>
La fonte des glaces entre 1990 et 2016
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Océans Changement climatique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794518069
La couche de glace la plus solide de l'Arctique se brise pour la première fois
La couche de glace la plus solide de l'Arctique se brise pour la première fois
Connue pour être "la dernière zone de glace" pouvant résister au réchauffement climatique, cette partie de la banquise, située au Groenland, s'est rompue à deux reprises depuis le début de l'année. Une situation très inquiétante.
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/la-couche-de-glace-la-plus-ancienne-et-la-plus-solide-se-brise-pour-la-premiere-fois-7794518069
2018-08-24 15:11:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/TEm7m6gO5LPAupaCp0hufA/330v220-2/online/image/2018/0824/7794518099_000-ql4tr.jpg