3 min de lecture

Disparition d'Agnès Leroux : la dernière carte de Jean-Maurice Agnelet

Le 17 mars prochain, Maurice Agnelet comparaitra pour la troisième fois devant les Assises pour le meurtre d’Agnès Leroux. Un nouveau procès imposé par la Cour Européenne des Droits de l'Homme, qui a considéré les premiers jugements comme inéquitables. L'héritière d'un célèbre casino niçois avait disparu en 1977 et son amant, Jean-Maurice Agnelet, avait rapidement été suspecté. Après un non-lieu en 1985 et un acquittement en 2006, l'homme avait finalement été condamné, en appel, à 20 ans de prison.

L'Heure du Crime - Pradel L'heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
L'intégrale : Disparition d'Agnès Leroux : la denrière carte de Jean-Maurice Agnelet Durée : | Date : La page de l'émission

Bonjour à tous ! 

A la une de L'Heure du Crime : l’affaire Agnès Leroux, relancée par l’ouverture prochaine du troisième procès de l’ancien avocat et amant de la riche disparue, Jean-Maurice Agnelet.
 
Ce procès exceptionnel va s’ouvrir à Rennes, lundi prochain, devant la Cour d’Assises d’ÎIle-et-Vilaine. L’accusé a été acquitté en 2006, puis déclaré coupable et condamné à 20 ans de réclusion, sur la base du même dossier, en 2007. La Cour Européenne des Droits de l’Homme a considéré que ce dernier procès avait été " inéquitable " et Jean-Maurice Agnelet se retrouve donc devant une cour d’assises pour un procès de la dernière chance.
 
Agnès Leroux, riche et belle héritière, a disparu à l’âge de 29 ans, à l’automne 1977, alors que la guerre des casinos faisait rage sur la Côte d’Azur. On ne retrouvera jamais aucune trace de cette jolie brune un peu fantasque, parfois suicidaire et très amoureuse d’un avocat à la réputation sulfureuse, Jean-Maurice Agnelet; considéré très vite par la famille Leroux comme l’assassin d’Agnès.
 
Avec mes invités, nous évoquerons la grande question qui sera au centre du procès de Rennes : Peut-on, 37 ans après les faits, juger un homme pour un crime sans cadavre, sans témoins, et sans preuves matérielles ?

Jacques Pradel


L'affaire Leroux commence à la Toussaint 1977, à une date que l'on ne peut pas exactement déterminer. Aux alentours du 30 octobre, Agnès Leroux, héritière du Palais de la Méditerranée, un célèbre casino de Nice, disparait. 
L'enquête commence très mal car la mère d'Agnès, Renée Leroux, habituée des "disparitions" de sa fille, ne saisit la justice que quelques mois plus tard, au début de l'année 1978. 


La jeune femme apparait d'abord aux enquêteurs comme un personnage fantasque et superficiel, qui accumule voyages, fêtes et amants et qui revendique farouchement son indépendance. Mais d'autres dressent au contraire le portrait d'une femme blessée, malheureuse dans sa vie affective. Son amant, Jean-Maurice Agnelet, avocat à Nice, semble plus attiré par la fortune de sa maitresse que par Agnès elle-même. Dans les semaines qui précèdent sa disparition, Agnès aurait d'ailleurs fait plusieurs tentatives de suicide.

Les pistes sont donc nombreuses. Un suicide réussi et planifié par Agnès pour qu’on ne la retrouve pas, un assassinat, un crime parfait... Le corps et la voiture d'Agnès ne seront jamais retrouvés.

En septembre 1978, Jean-Maurice Agnelet transfère l’argent d’Agnès sur un compte à son nom et signe une procuration pour sa nouvelle maîtresse, Françoise Lasseure. L'homme fait de plus en plus figure de suspect. 

Lire la suite
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants