1 min de lecture Divertissement

Vendredi 20 décembre : Partenariat Le Parisien : Infanticides, l'année noire

L'année qui s'achève a spécialement été marquée par un grand nombre de meurtres ou disparitions d'enfants. Nous revenons sur les affaires les plus marquantes de cette actualité : la petite noyée de Berck, Fiona, l'affaire Benitez.

Une photo de la petite Fiona
Une photo de la petite Fiona

Pour cette dernière émission de l’année en partenariat avec Le Parisien/Aujourd’hui en France, nous revenons en effet sur ces affaires qui ont provoquées une immense émotion. 

La dernière victime en date, est la petite Adélaïde, 15 mois, abandonnée par sa mère sur une plage du Pas-de-Calais à marée montante. Un cas exceptionnel, qui met les psychiatres en échec, car il ne peut se comparer à aucune autre histoire connue.

Avec mes invités, Claudine Diemer ancien chef-enquêteur de la brigade des mineurs de Toulouse, le docteur psychiatre Paul Bensoussan, et les journalistes Timothée Boutry du Parisien, et Alain Hamon de l’agence Crédo, nous ouvrons le dossier de ces hommes et de ces femmes qui emmènent leurs enfants dans la mort pour des mobiles souvent...

La plage de Berck où la petite victime a été abandonnée à son destin fatal
La plage de Berck où la petite victime a été abandonnée à son destin fatal

Les affaires évoquées dans L'heure du crime aujourd'hui ont profondément marqué l'actualité.

Benitez légionnaire
Benitez légionnaire

L'impossibilité de retrouver le corps de la petite Fiona est l'un des faits les plus marquants de cette série noire.

Fiona et sa mère
Fiona et sa mère

Une émission en partenariat avec le quotidien Le Parisien

Le Parisien
Le Parisien


Invité : Timothée Boutry, journaliste au Parisien.

Lire la suite
Divertissement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants