1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. L'énigme de Jack L'Eventreur enfin résolue?
3 min de lecture

L'énigme de Jack L'Eventreur enfin résolue?

Un homme d'affaires anglais affirme avoir formellement identifié Jack l'Eventreur via des analyses ADN. Jacques Pradel revient sur l'un des plus grands tueurs de tous les temps dans l'Heure du Crime

Jacques Pradel et un invité de L'heure du crime. Crédit Elodie Grégoire
Jacques Pradel et un invité de L'heure du crime. Crédit Elodie Grégoire
Le mystère de Jack l'éventreur enfin résolu ?
40:04
Laure Broulard
Journaliste
Jacques Pradel
Jacques Pradel
Crédit :

Bonjour à tous,
Une émission spéciale de l’heure du crime après la révélation de l’identité supposée du fameux tueur en série Jack l’Eventreur….

C’est une découverte qui innocente une centaine de suspects désignés depuis 126 ans comme  étant « le véritable Jack l’Eventreur » et qui accuse un jeune coiffeur, immigrant juif polonais, Aaron Kosminski, mis hors de cause, faute de preuves, à l’époque par Scotland Yard! 

Encore faudrait-il avoir la certitude que l’homme d’affaire Russel Edwards qui publie cette semaine les résultats de son enquête sur un châle retrouvé près d’une des victimes en 1888, ne s’est pas trompé ou ne nous a pas trompé !

Faire parler un ADN,  sur une pièce à conviction qui est passée de mains en mains pendant 126 ans serait un véritable exploit ! Retrouver ensuite la lointaine descendante de ce jeune homme de 23 ans mort dans un asile psychiatrique, est encore un autre tour de force !

À lire aussi

Nous allons voir ce qu’en pensent mes invités, Fréderic Dupuch, directeur de l’institut national de la police scientifique, et l’universitaire Michel Moatti, membre de la « Whitechapel Society » de Londres, qui pensait jusqu’à présent avoir résolu le mystère.
Jacques Pradel

Jack the ripper
Jack the ripper
Crédit : Illustration de Claire Guyot extraite de Le Petit Parisien

C'est l'histoire d'un châle...

Si Jack l'éventreur n'avait pas laissé sur le corps gisant de Catherine Eddowes une écharpe à fleurs, on ne reparlerai pas du fameux tueur en série aujourd'hui. Ce bout de tissu fait actuellement beaucoup de bruit en Grande Bretagne : il aurait permis à Russel Edwards, homme d'affaires anglais, de découvrir la véritable identité de Jack l'éventreur
Le châle, soi disant ramassé par un policier de Scotland Yard lors de la découverte du corps, serait resté dans la famille de cet agent jusqu'en 2007, lorsque l'un de ses petits fils décide de le vendre lors d'une vente aux enchères. Il passe alors dans les mains de Russel Edwards, qui se passionne depuis des années pour l'énigme du tueur de Whitechapel. L'enquêteur amateur fait le rapprochement entre le motif fleuri caractéristique de l'Europe de L'Est, et un des principaux suspects de l'époque : le barbier Aaron Kominsky, juif d'origine polonaise. Il n'avait jamais été inculpé, mais avait finit ses jours en asile psychiatrique...
C'est là que la magie de l'ADN est entrée en jeu : l'ADN contenu dans les traces de sperme trouvées sur le châle correspondent à l'ADN prélevé sur un descendant d'Aaron Kominsky...

La fin du mystère ?

Russel Edwards a fait paraître la semaine dernière un ouvrage retraçant son enquête, intitulé Naming the Ripper. 

Je suis sûr à 100%, nous avons la preuve définitive. Le mystère est élucidé, l'enquête peut être fermée, nous avons réussi

Russel Edwards, au Daily Mail

Cependant il est difficile de juger de la véracité des résultats présentés par Russel Edwards et son chercheur généticien. Les conditions de conservation du châle pendant 126 ans peuvent tout à fait avoir modifié les composants ADN, ou en avoir effacés certains. D'autre part, beaucoup se demandent pourquoi Russel Edwards s'est tourné vers le Daily Mail pour annoncer sa découverte, et non vers une revue scientifique plus sérieuse...

Nos invités pour éclaircir ce mystère

Michel Moatti est universitaire et journaliste. Il est l’auteur du livre Retour à Withechapel  (HC édition – 2013) qui a connu un grand succès en librairie et a notamment été sélectionné pour les prix « Historia, Sang d’encre » et pour le prix du « Polar de Cognac ».  Son dernier livre, Blackout baby,  vient de paraître chez HC Editions. 

Marie Billon, correspondante RTL à Londres

Frédéric Dupuch, directeur de l’Institut National de la Police Scientifique.

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/