1 min de lecture Avortement

IVG assimilée à un "homicide" : le chef de file des gynécos regrette la polémique

INVITÉ RTL - Bertrand de Rochambeau, président du syndicat national des gynécologues obstétriciens, avait affirmé à propos de l'avortement que les gynécologues n'étaient pas là "pour retirer des vies". S'il regrette la polémique, il affirme au micro de RTL ne pas retirer ses propos personnels.

L'invité de RTL Midi
L'invité de RTL MIDI du 12/09/2018
Crédit Média : Christelle Rebière Crédit Image : MIGUEL MEDINA / AFP

"Nous sommes pas là pour retirer des vies". Voici le point de vue de Bertrand de Rochambeau, président du syndicat national des gynécologues obstétriciens (SYNGOF), qui s'est exprimé, ce mardi 11 septembre dans l’émission Quotidien sur TMC, sur le sujet de l'avortement.

"C'est ce que j'ai voulu dire, c'est mon avis personnel et pas celui de la profession". Bertrand de Rochambeau est revenu sur cette phrase polémique au micro de RTL. "Mes propos ont été utilisés", affirme-t-il, "ce sont des propos personnels, mon engagement personnel, mais ce n'est pas celui du syndicat", martèle encore le président du syndicat avant d'expliquer regretter d'avoir répondu à la question de la journaliste de Quotidien sur les raisons qui le poussent à ne pas pratiquer d'avortement auprès de ses patientes.

En France, l'avortement est légale depuis 43 ans mais une clause de conscience permet aux médecins de ne pas le pratiquer pour des raisons personnelles, sauf en cas d'urgence vitale pour la mère. 

La rédaction vous recommande
Contenus sponsorisés