1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Grèves SNCF et Air France : facture salée pour l'économie française
2 min de lecture

Grèves SNCF et Air France : facture salée pour l'économie française

ÉDITO - Les grèves à la SNCF et chez Air France s'accumulent, et cela commence à coûter cher à l'économie française. Le BTP, les coopératives agricoles et surtout le tourisme sont particulièrement touchées.

Des trains de la SNCF (illustration)
Des trains de la SNCF (illustration)
Crédit : MIGUEL MEDINA / AFP
Grèves SNCF et Air France : facture salée pour l'économie française
00:03:40
micros
La rédaction numérique de RTL

La poursuite de la séquence des grèves à la SNCF et chez Air France commence à inquiéter les entreprises qui tirent la sonnette d’alarme. Il est de plus en plus clair que les astuces pour contourner l’impact des grèves commencent à toucher leurs limites. Le covoiturage, le télétravail, le report de commandes ou encore l’ajustement des stocks ne peuvent sur le long terme remplacer des organisations structurées depuis des lustres. 

Sur un plan général, nous produisons collectivement entre 9 et 9,5 milliards d'euros par jour. Des grèves qui impactent réellement l’économie représentent un manque à produire de 10 à 15%. Ce qui porte la facture quotidienne autour du milliard.

Si l’on fait un premier point des grands secteurs affectés, on comprend bien que le point d’inflexion n’est plus très loin. Nos entreprises ont globalement anticipé les premières perturbations. Mais au-delà du 10e jour, nous y serons pour certaines activités.

Les entreprises affectées

C’est le cas des productions agricoles et agroalimentaires. Les grandes coopératives sont historiquement des clientes importantes de la SNCF. Elles enregistrent de 60 à 70% de trains annulés. Ce qui représente une charge de 5 à 20 euros le quintal en frais de stockage. 

À lire aussi

Même inquiétude pour les industriels du BTP. Dans ce secteur, 2 jours de grève se payent par 4 jours en moyenne de perturbations sur les chantiers. Dans le granulat, son syndicat professionnel évalue à deux millions de tonnes la matière première non livrée si le conflit perdure. 

Ironie paradoxale, cela bloque les chantiers de rénovation des voies ferrées. La première entreprise touchée, et on se demande dans quel état elle va sortir de la grève, c’est la branche fret ferroviaire de la SNCF. Elle est en lambeaux. Elle va finir en charpie.

Impact négatif sur le tourisme

Et puis il y a l’impact sur le Tourisme. Les professionnels annoncent un recul de 10% des réservations pour avril, 150 millions euros. Et plus grave, un coup d’arrêt pour mai et juin. 

Des conséquences sociales négatives se profilent déjà. Des fédérations professionnelles demandent déjà à la DGT d’ouvrir l’option du recours à l’activité partielle. Cette disposition permet de transférer vers l'État une partie du coût d’indemnisation des salariés qui subiront une baisse de revenu.

Plus concrètement, les recrutements de saisonniers qui traditionnellement démarrent ce mois sont souvent reportés dans les grandes zones touristiques. Au-delà de ces constats c’est aussi l’image d’une France instable, versatile qui refait surface. Une addition invisible mais peut être la plus pénalisante à terme.

Les plus

- Il y aura un référendum à Air France : le PDG met son poste en jeu.

- C’est officiel : l’Allemagne possède la deuxième réserve d’or au monde : 3400 tonnes, 120 milliards.

La note du jour

14/20 aux chercheurs de Singapour qui espèrent développer un robot capable de lire un mode d’emploi et assembler un meuble IKEA en moins de 10 minutes. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/