1 min de lecture Japon

Fukushima : reportage dans la zone interdite autour de la centrale nucléaire

DOCUMENT - A la veille du deuxième anniversaire de l'accident nucléaire de Fukushima, le correspondant de RTL au Japon a pu se rendre dans cette zone privée de vie autour de la centrale nucléaire.

Deux ans après le désastre de Fukushima, le mouvement antinucléaire japonais semble à la recherche d'un second souffle
Deux ans après le désastre de Fukushima, le mouvement antinucléaire japonais semble à la recherche d'un second souffle Crédit : AFP / Archives
Joël Legendre Journaliste RTL

Fukushima, deux ans après
Le Japon va se figer le 11 mars pour se souvenir du terrible tsunami dans la région du Tohoku et constater l'immensité des chantiers hérités de cette catastrophe historique qui a fait près de 19.000 morts il y a deux ans. A 14h46, sirènes et cornes de brume vont retentir à la minute même où un séisme surpuissant, de magnitude 9, a secoué les fonds de l'Océan Pacifique à quelques dizaines de kilomètres de la côte nord-est du Japon.

Moins d'une heure plus tard, une vague gigantesque dépassant 20 mètres de haut par endroit s'abattait sur le littoral, emportant toute vie sur son passage et détruisant ports, maisons, écoles et usines. A la centrale nucléaire Fukushima Daiichi, les systèmes de refroidissement tombaient en panne sous le choc et les réacteurs ont chauffé jusqu'à entraîner un accident majeur, sans précédent depuis celui de Tchernobyl vingt-cinq ans plus tôt. Le bilan officiel du raz-de-marée atteint aujourd'hui 15.880 morts et 2.694 disparus. Un million de maisons ont été détruites et, deux ans après, des monceaux de débris emportés continuent de s'échouer sur les côtes américaines de l'autre côté du Pacifique.

Problèmes de santé mentale

La reconstruction de la préfecture de Fukushima est à la traîne par rapport à celle des autres régions du Japon qui ont souffert du tsunami du 11 mars 2011, a déclaré en début de semaine un responsable, ajoutant constater une augmentation inquiétante des problèmes de santé mentale.

Le gouvernement a ordonné à quelque 110.000 personnes d'évacuer une zone interdite autour du complexe atomique paralysé, gelant ainsi de facto la remise en état des villes et villages. Si certains ont commencé à revenir dans les lieux les moins contaminés, à la suite d'une redéfinition plus étroite de la zone interdite, il est à craindre que certains endroits restent inhabitables durant des décennies.

Lire la suite
Japon Séisme au Japon Exclu RTL
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants