1 min de lecture Séisme au Japon

Fukushima : course contre la montre pour refroidir les réacteurs

La course contre-la-montre est engagée au Japon pour tenter de refroidir les réacteurs de la centrale de Fukushima-Daiichi. Les équipes travaillant sur le site ont recommencé à arroser le réacteur numéro 3 au canon à eau, après une courte interruption due à la trop forte radioactivité. Plus tôt, des hélicoptères de l'armée japonaise avaient déversé des dizaines de tonnes d'eau dans ce réacteur, le seul qui contienne du plutonium, considéré comme plus risqué que l'uranium. L'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power (Tepco), affirme que l'alimentation électrique sera rétablie au plus tôt vendredi dans la centrale, ce qui permettra de remettre en service le système de refroidissement. Les heures à venir sont cruciales...

Photo prise par satellite de la centrale de Fukushima-Daiichi
Photo prise par satellite de la centrale de Fukushima-Daiichi Crédit : AFP Photos
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Joël Legendre

Le Japon luttait jeudi par tous les moyens pour tenter de refroidir les réacteurs de la centrale de Fukushima-Daiichi, mais le pessimisme ne cessait de se renforcer dans le monde, provoquant une fuite en nombre des étrangers de Tokyo. Deux camions spéciaux de l'armée, armée de canons à eau, ont recommencé à arroser le réacteur 3 de la centrale.

Pour la première fois, quatre hélicoptères de l'armée japonaise ont déversé plus tôt dans la matinée plusieurs tonnes d'eau de mer sur les réacteurs les plus endommagés, principalement le 3. L'objectif était notamment de remplir la piscine de combustible usagé qui a été endommagée par une explosion et des incendies. Trois des six réacteurs étaient dans une situation relativement stable , a-t-on appris auprès des autorités nucléaires japonaises.

L'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco) a indiqué ne pas être en mesure de déterminer la quantité d'eau ayant rempli la piscine, faute de pouvoir l'observer de visu. Des experts étrangers estiment également que la piscine du réacteur 4 est désormais quasiment asséchée, ce qui a pour effet de provoquer des niveaux "extrêmement élevés" de radiations, selon le président de l'Autorité américaine de régulation nucléaire (NRC), Gregory Jaczko. La fusion de ce combustible pourrait entraîner des rejets de radioactivité de même ampleur que la catastrophe de Tchernobyl, estiment les experts.

Les rejets radioactifs liés à l'accident nucléaire au Japon représentent environ un dixième de ceux de la catastrophe de Tchernobyl en 1986, selon le directeur de la sûreté de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN). L'ambassade de France à Tokyo a commencé, "à titre préventif" face au risque nucléaire, à distribuer des pastilles d'iode aux Français au Japon dont environ 3.000 se trouvent aujourd'hui dans la région  de la capitale japonaise, a annoncé jeudi le Quai d'Orsay.

Tepco espère rétablir "dans l'après-midi" l'alimentation électrique de la centrale, ce qui "permettrait de remettre en route les pompes refroidissant les réacteurs et de remplir les piscines", selon un porte-parole. Le ministère japonais du Commerce a déclaré qu'il semblait improbable qu'une panne d'électricité majeure survienne dans les prochaines heures à Tokyo, rapporte l'agence Kyodo. Le gouvernement avait estimé en début de journée qu'un "black-out" pourrait se produire dans la capitale japonaise si la demande énergétique dépassait celle observée dans la matinée.
.


Fukushima : la situation ce mercredi 16 mars

Promo dossier Japon

Lire la suite
Séisme au Japon Info International
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants