2 min de lecture Harcèlement

"Fatiguée des violences", Caroline de Haas quitte les réseaux sociaux

"Après plusieurs jours d'insultes et de harcèlement, je quitte les réseaux sociaux", a annoncé la militante féministe, après une "vague de haine" déclenchée par un article de "L'Obs".

Caroline de Haas, militante féministe aide les femmes victimes de violences
Caroline de Haas, militante féministe aide les femmes victimes de violences Crédit : BALTEL/SIPA
lucie valais
Lucie Valais
Journaliste

"J'arrête". Le titre du billet, écrit par Caroline de Haas et publié sur le site Médiapart est sans appel. La militante féministe, après plusieurs jours de polémique, décide de claquer la porte aux réseaux sociaux. En cause, un article publié le 14 février dans L'Obs et titré "Un homme sur deux ou trois est un agresseur". Une phrase qui avait attiré à la cofondatrice d'Osez le féminisme ! les foudres des internautes.

"Je suis fatiguée de ces violences. Je suis fatiguée de savoir que mes ami.e.s, ma famille et mes collègues voient des messages haineux à mon encontre. Je suis fatiguée de ces espaces sur lesquels des agresseurs, par milliers, me harcèlement et m'insultent en toute impunité. J'arrête. Je quitte les réseaux sociaux pour un temps indéterminé", explique Caroline de Haas dans sa tribune.

Elle en profite également pour revenir sur le fameux article qui lui a valu cette "vague de haine et de harcèlement sur les réseaux sociaux", selon ses propres mots. "Le journaliste a décidé, sans me faire relire ou valider mes propos, de titrer 'Un homme sur deux ou trois est agresseur'", se défend-elle. Et de renchérir : "Au fond de moi, je ne peux m'empêcher de penser qu'un journal qui choisit de titrer ces propos le fait délibérément. Pour faire le buzz. Sans se soucier qu'au passage, on casse, on brise".

À lire aussi
Le métro parisien (illustration) Agression sexuelle
Paris : un agresseur sexuel, accablé par une vidéo dans le métro, va faire appel

Marlène Schiappa a enfoncé le clou. Et moi avec.

Caroline de Haas
Partager la citation

Outre L'Obs, Caroline de Haas en veut à Marlène Schiappa de ne pas l'avoir défendue. Interrogée sur "l'affaire", la secrétaire d'État à l'égalité femme-homme a "enfoncé le clou", déplore la militante, "et [elle] avec". "C'était reparti pour un tour. Re-articles dans les journaux. Re-Insultes, re-harcèlement et tout le tralala. Merci madame la Secrétaire d’État", lance-t-elle.

Enfin, la militante épingle Éric Naulleau qui a posté un tweet dans lequel il l'accusait d'avoir fermé les yeux sur les violences sexuelles à l'UNEF, dont elle fut secrétaire générale - un scandale révélé par Libération. "Éric Naulleau aurait pu viser les agresseurs. Il aurait pu dire un mot gentil pour les femmes victimes. Il aurait pu avoir un mot sympathique pour moi qui avait été victime de viol lors que j'étais étudiante. Non, il a décidé de se payer une militante féministe", déplore Caroline de Haas.

Et de conclure : "Je le dis donc aux agresseurs et à leurs alliés avec beaucoup de sérénité, de détermination et d'enthousiasme : votre temps est bientôt révolu".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Harcèlement Réseaux sociaux Féminisme
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792422682
"Fatiguée des violences", Caroline de Haas quitte les réseaux sociaux
"Fatiguée des violences", Caroline de Haas quitte les réseaux sociaux
"Après plusieurs jours d'insultes et de harcèlement, je quitte les réseaux sociaux", a annoncé la militante féministe, après une "vague de haine" déclenchée par un article de "L'Obs".
https://www.rtl.fr/actu/debats-societe/fatiguee-des-violences-caroline-de-haas-quitte-les-reseaux-sociaux-7792422682
2018-02-26 11:39:09
https://cdn-media.rtl.fr/cache/tZum04D6MFjMSHUjhze4mQ/330v220-2/online/image/2018/0205/7792130703_caroline-de-haas-militante-feministe.jpg