1 min de lecture Sécurité routière

Sur la N134, "la moindre fausse manœuvre est fatale", dit le père d'une victime

En 2009, le fils d'Henri Bébedet est décédé écrasé par un camion sur la très étroite Nationale 134. Selon lui, la modernisation des routes françaises demandée par Élisabeth Borne est une nécessité absolue.

Une route nationale en France (illustration).
Une route nationale en France (illustration). Crédit : Wikimedia Commons
Philippe De Maria et Camille Kaelblen

Nids de poule, fissures, voies trop étroites... Les routes françaises sont dans un état critique. Selon un audit sur lequel s'appuie la ministre des Transports Élisabeth Borne, la moitié des routes nationales de l'Hexagone devraient être renouvelées. Pour remédier à ce constat, la ministre a annoncé le 15 mai un plan d'un milliard d'euros chaque année pour moderniser et entretenir les routes. Il sera engagé dès 2019.

Ce plan est absolument nécessaire selon Henri Bébedet, président d'une association qui se bat depuis une dizaine d'années pour obtenir des travaux d'élargissement de la Nationale 134 dans les Pyrénées-Atlantiques. "La route est très étroite, elle est encore aux caractéristiques de 1850, du temps des calèches. Et il y passe aujourd'hui plus de 13.000 véhicules et plus de 1.000 camions par jour : tout cela devient très difficile", explique-t-il au micro de RTL.

Lui-même a perdu son fils sur cette route en 2009, "écrabouillé par un camion fou". "C'est une route tellement étroite que la moindre fausse manœuvre est fatale", déplore-t-il.

Seules les routes nationales et les autoroutes sont concernées par le plan

Aujourd'hui, des projets d'aménagement sont en cours, afin que la route soit élargie pour atteindre 17 mètres. "Avec des voies parallèles sur les côtés pour les cyclistes et les véhicules lents, pour que cela devienne la route qui pardonne", précise Henri Bébedet. Mais le chantier, lui, peine à se concrétiser.

À lire aussi
Le Coly, à Contat-Sur-Vézère en Dordogne faits divers
Dordogne : un homme de 49 ans meurt noyé dans sa voiture après un accident

Le plan de "sauvegarde des routes nationales" annoncé par Élisabeth Borne ne concerne cependant que le réseau routier national non concédé, soit 9.645 kilomètres de routes nationales et 2.609 kilomètres d'autoroutes. Les 378.973 kilomètres de routes départementales et 673.290 kilomètres de routes communales ne sont donc pas inclus dans le plan prévu par le gouvernement.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité routière Élisabeth Borne Transports
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants