Fil info
2 min de lecture

Coronavirus : Martin Hirsch s'interroge sur la gratuité des soins pour les non-vaccinés

VU DANS LA PRESSE - Le directeur de l'AP-HP a relancé de la prise en charge payante des non-vaccinés à l'hôpital. "Je ne suis pas d'accord pour qu'on rentre dans ce type de démarche", a réagi Anne Hidalgo.

Martin Hirsch, directeur général de l'AP-HP Crédit : JOEL SAGET / AFP
William Vuillez

Voilà qui va relancer le débat entre les non-vaccinés et les vaccinés. Invité de C à Vous sur France 5, Martin Hirsch, le directeur général de l'AP-HP s'est questionné ce mercredi sur la possibilité de continuer à soigner gratuitement les non-vaccinés. "Quand un instrument de prévention gratuit est disponible, qu'il peut être utilisé, qu'il est reconnu par la communauté scientifique comme quelque chose d'utile et qu'on y renonce, est-ce qu'on y renonce sans en porter aucune des conséquences ?", s'est-il interrogé

"Ou est-ce qu'on tend la main pour soigner, mais on dit qu'il n'y a aucune raison qu'il n'y ait pas de conséquences alors qu'il y en aura pour les autres patients qu'on aura du mal à soigner et qui, eux, n'y peuvent rien", a-t-il dit. Une réflexion qui va alimenter le débat, déjà nourris par les propos d'Emmanuel Macron sur les non-vaccinés. Mais immédiatement, le directeur de l'AP-HP a reconnu que "le débat est délicat"

"Si on reconnait qu'un système de dépistage doit être fait tous les ans, est-ce qu'on doit avoir exactement la même protection et le même taux de remboursement si on le néglige, que quelqu'un qui ne le néglige pas ? La question n'est pas évidente", a-t-il ajouté.

Je ne suis pas d'accord pour qu'on rentre dans ce type de démarche

Anne Hidalgo

Invitée sur BFMTV ce jeudi, Anne Hidalgo, candidate socialiste à la présidentielle, a réagi aux propos du directeur général de l'AP-HP. "Je ne suis pas d'accord pour qu'on rentre dans ce type de démarche. On a défini une stratégie qui est celle de la vaccination, qu'il faut augmenter, poursuivre, parce qu'elle protège", explique-t-elle. "C'est une question philosophique et moi je ne la résous pas de cette façon-là. Je pense que notre société est beaucoup trop fracturée et qu'il faut réunir les Français", poursuit la candidate à la présidentielle.

Une mesure pas du tout à l'ordre du jour

Martin Hirsch a avoué se poser la question, pour ne pas se dire "qu'un jour on se dise que les dépenses de santé explosent parce qu'il y a toute une partie de comportements dits 'irresponsables' qui remettent en cause la solidarité de tous". Il a toutefois rappelé que "la porte de l'hôpital et du soin" n'est fermée à personne, "mais il faut être allié avec la responsabilité qui permet à tout le monde d'en bénéficier" a-t-il ajouté.

Rappelons tout de même qu'une telle mesure n'est pour l'heure pas au programme du gouvernement.

La rédaction vous recommande
coronavirus Coronavirus France hôpitaux

L’actualité par la rédaction d’RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien