4 min de lecture Environnement

Comment vivre au quotidien sans utiliser de plastique

Une étudiante en environnement a décidé de vivre sans plastique, et explique dans "L'Obs" quels substituts elle utilise au quotidien.

Revue de Presse - La Revue de Presse Amandine Bégot iTunes RSS
>
Comment vivre au quotidien sans utiliser de plastique Crédit Image : IROZ GAIZKA / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
BEGOT 245300
Amandine Bégot

Un pari fou... vivre sans plastique ! C'est le défi que s'est lancé Aline Gubri 22 ans. Il y a 3 ans cette étudiante en environnement a décidé de bannir le plastique de chez elle. Résultat, dans la cuisine, les boîtes alimentaires en plastique sont remplacées par des boîtes en verre, recouvertes non pas d'un film plastique mais d'un torchon enduit de cire d'abeille. Fini également l'eau minérale. Ses yaourts, Aline ne les achète plus en supermarché, elle les fait. Même chose pour les jus de fruits, les biscuits.

Dans sa salle de bain, plus de gel douche mais un pain de savon emballé dans du carton. Plus de shampoing non plus; la jeune femme utilise un produit en galet. Le déodorant lui est remplacé par un mélange d'huile de coco et de bicarbonate de soude. Le dentifrice par des copeaux de savon de Marseille mélangés à de l'eau, et des huiles essentielles à la menthe poivrée.

500 grammes des déchets plastique par an

Pas si contraignant que ça explique Aline, à l'arrivée c'est bon pour la planète. Elle ne produit aujourd'hui pas plus de 500 grammes de déchets par an, c'est ce que chacun de nous produit en 3 jours et demi, rien qu'en déchets plastique. c'est aussi bon pour son porte-monnaie. Contre toute attente ce programme détox lui a permis de réaliser 30% d'économie sur son budget. Ça aussi ce n'est pas rien. 

Témoignage à découvrir dans L'Obs de cette semaine. En partenariat avec RTL, l'hebdomadaire consacre un grand dossier à ces plastiques qui inondent la planètetuent les animaux et nous aussi, à petit feu. Bourré de perturbateurs endocriniens, il favorise le développement de certains cancer, de l'obésité, fait baisser la fertilité masculine et même notre QI, bref Déplastifions-nous titre le journal.

Les décès par arrêt cardiaque dans le football

À lire aussi
Une rue près de la tour Eiffel à Paris, au douzième jour de confinement visant à freiner la propagation du Covid-19 en France. environnement
Coronavirus et confinement : "Une trêve passagère pour le climat," dit un médecin

Autre témoignage à lire ce matin, dans un tout autre genre, c'est celui de Hugo Aine. "Pourquoi eux sont morts et pas moi", se demande le jeune homme à la une de L'Équipe. Victime lui-même d'un malaise cardiaque pendant un match, le milieu de terrain du club de Chambly s'interroge sur ces décès à répétition dans le monde du foot.

Celui de Davide Astori le capitaine de la FIorentina en Italie. Trois autres aussi rien qu'en France depuis son accident en septembre dernier. Thomas Rodriguez mort à Tours en mars, il avait 18 ans. Baptiste Le Foll, 12 ans seulement, Samba Diop 18 ans. "Pourquoi cela nous arrive aussi jeune ?", dit Hugo Aine.

"Comment cela peut il arriver avec les tests qu'on fait au centre de formation ? La faute peut-être, explique-t-il, à un manque de suivi quand tu es jeune explique-t-il. Tu te sens fort invincible. Même le médecin du club va te dire que c'est un coup de pompe". Hugo Aine qui note toutefois qu'à chaque fois ces décès interviennent en seconde partie de saison. Bizarre, conclut-il.

Macron ira-t-il à la Coupe du Monde ?

Ce témoignage Emmanuel Macron le lira sans doute. Le chef de l'État, rappelle ce matin Paris Match, est un lecteur assidu du quotidien sportif, qui plus est à un mois de la Coupe du Monde. Sera-t-il d'ailleurs à nouveau en Russie, comme aujourd'hui, dans un mois ? Rien n'est moins sûr, dit le journal. "À ce stade, explique-t-on dans l'entourage du président, la France n’a pas arbitré en faveur d’un boycott diplomatique de la compétition". 

Dans une lettre ouverte, une soixantaine d’eurodéputés appellent les gouvernements à "ne pas assister à la Coupe du Monde en Russie". "Cette compétition, disent-ils, ne doit pas servir à la propagande de Poutine". On aura peut-être un début de réponse tout à l'heure, Emmanuel Macron est attendu cet après midi a Saint-Petersbourg. 

Vers une pénurie de rosé cet été ?

Enfin autre question du moment, plus légère, ce débat autour du rosé y en aura-t-il cet été ? Et bien franchement on a ce matin bien du mal à y voir clair, même à jeun. Après le vent de panique suscité la semaine dernière par un article des ÉchosNice matin nous avait rassuré mercredi. Pas de pénurie de rosé cet été titrait le journal. Les professionnels du secteur se voulaient rassurants. 

Sauf que L'indépendant catalan dit ce jeudi tout l'inverse. La pénurie menace aussi les Pyrénées-Orientales, titre le journal qui explique avoir contacté les professionnels du département. Leur réponse, écrit-il, est sans appel.

La demande explose, notamment pour le rosé piscine, celui qu'on boit très clair avec plein de glaçon. L'offre ne suit pas, qui plus est avec la sécheresse qu'on a connu ces dernières années. On pourrait donc en manquer, selon le président de la chambre d'agriculture des Pyrénées-Orientales. Info ou intox, il y a franchement de quoi être perdu ! Le mieux c'est d'attendre, profitez pour trinquer, avec modération bien sur, et pas dans des verres en plastique, ça aussi c'est mieux !

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Environnement Déchets Recyclage
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants