1 min de lecture François Fillon

Comment le gouvernement a fait partir en fumée la taxe carbone...

La nouvelle s'est répandue comme se dissipe un volute de fumée. Il aura fallu attendre seulement quelques heures après le remaniement gouvernemental pour que le Premier ministre change de fusil d'épaule. En effet, mardi, François Fillon a annoncé le report sine die de la taxe carbone prévue au 1er juillet, laissant entendre qu'il attendait un accord européen et non plus seulement franco-français. Une position à la hauteur du continent qui est loin d'être acquise.

micro générique
La rédaction de RTL Journalistes RTL

Proposée par Nicolas Hulot dans son "Pacte écologique" lors de la campagne présidentielle de 2007, la taxe carbone, qui vise à encourager ménages et entreprises à des comportements plus "verts", est une mesure emblématique dont Nicolas Sarkozy a comparé l'importance à l'abolition de la peine de mort.

"Il faut que toutes les décisions prises en matière de développement durable  soient analysées à l'aune de notre compétitivité. Cela vaut pour la taxe carbone. Nous voulons que les décisions soient prises en commun avec les autres  pays européens", a déclaré François Fillon lors d'une réunion de députés UMP.
Pourtant, mercredi, il assurait, dans un communiqué, que le gouvernement "mettra en oeuvre la taxe carbone, qui constitue un engagement du Grenelle de l'environnement", sans toutefois mentionner la moindre échéance.

Il est "très peu probable" qu'une taxe soit mise en œuvre au niveau européen, "et le gouvernement en a parfaitement conscience", a immédiatement réagi le Réseau action climat.



Lire la suite
François Fillon François Fillon Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants