1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. Pollution de l'air : les feuilles de route des préfets ne suffiront pas
1 min de lecture

Pollution de l'air : les feuilles de route des préfets ne suffiront pas

Pour lutter enfin efficacement contre la pollution de l'air, les préfets ont jusqu'à samedi 31 mars au soir pour envoyer au gouvernement leurs feuilles de route, c'est-à-dire des mesures précises. Quatorze régions sont concernées.

De la pollution au-dessus de Lyon, le 24 janvier 2017
De la pollution au-dessus de Lyon, le 24 janvier 2017
Crédit : AFP / Philippe Desmazes
Pollution de l'air : les feuilles de route des préfets ne suffiront pas
01:46
Virginie Garin & Loïc Farge

Qu'y a-t-il dans ces mesures ? Cela dépend des régions car la pollution a des sources différentes.

À Marseille, les usines pétrochimiques ou les bateaux de croisière qui s’arrêtent dans le port polluent beaucoup. Le préfet veut réduire les émissions des usines et des bateaux, sans préciser vraiment comment.

Près de Chamonix, dans la vallée de l'Arve, là ce sont plutôt les poids lourds qui vont vers l'Italie ou le chauffage au bois. Là encore, le préfet veut inciter les gens à changer de chaudière.


Dans les quatorze feuilles de route, il y a des mesures concernant la voiture. Car là, c'est une constante : c'est une source de pollution partout. Mais franchement, il n'y a rien de révolutionnaire.

À lire aussi

Il y a déjà deux villes, Paris et Grenoble, qui ont des zones où sont interdits certains véhicules diesel. Celle de Paris va être agrandie à toutes les communes limitrophes. Strasbourg et Lyon pourraient aussi définir des zones avec restriction de trafic.

Ultimatum du Conseil d'État

Ces mesures, Nicolas Hulot les a demandées aux préfets car il a reçu un ultimatum du Conseil d'État. Il a jusqu'à samedi 31 mars au soir en principe pour annoncer un plan concret pour que la France respecte la directive européenne sur la qualité de l'air.

Et ces feuilles de route ne vont pas suffire. En fait, il faudra attendre pour passer la vitesse supérieure une grande loi à la fin du printemps sur la mobilité. Pour les ONG, ce sera le moment de vérité. Il faudra beaucoup d'argent pour les transports en commun et le fret, plus de zones d'interdiction de circulation.

On verra, avec cette loi, si Nicolas Hulot a vraiment converti Emmanuel Macron à l'écologie et si l'Élysée lui donnera les moyens.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/