1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. "Bécassine" : le film provoque la grogne des indépendantistes en Bretagne
4 min de lecture

"Bécassine" : le film provoque la grogne des indépendantistes en Bretagne

Le long métrage de Denis Podalydès a provoqué une levée de bouclier d'un groupuscule d'indépendantistes, qui lui reprochent d'être "insultant".

Bécassine
Bécassine
"Bécassine" : le film provoque la grogne des indépendantistes en Bretagne
05:00
"Bécassine" : le film qui provoque la grogne des indépendantistes en Bretagne
05:00
Amandine Bégot

Au programme de cette revue de presse, sexe, fric et polémique. Avec d'abord l'histoire de ces parents d'élève d'un collège de Seine-et-Marne. Ils ont reçu la semaine dernière un courrier de la principale leur expliquant que désormais leurs enfants allaient devoir appeler leur professeure de français madame et non plus monsieur. Celle qu'on doit désormais appeler enseignante, explique-t-elle, avait en effet décidé de changer de sexe, d'entamer un processus de changement de genre.

Pas vraiment une surprise, la professeure, explique l'un des parents, ne s'est pas transformée du jour au lendemain, non, elle affichait déjà depuis longtemps une apparence féminine. En revanche l'affaire a provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Torrent d'insultes dit ce vendredi 25 mai Le Figaro. Un député a même été obligé de demander au gouvernement d'intervenir.

L'Éducation nationale contre l'homophobie

Hasard de l'actualité le ministre de l'Éducation nationale a envoyé la semaine dernière un message aux chefs d'établissements pour y rappeler leur rôle dans la lutte contre l'homophobie. Dès la rentrée prochaine les élèves de collège et de lycée bénéficieront ainsi d'heures d'information sur les lesbiennes, les gays, les bisexuels et les trans, justement pour prévenir les discriminations.

D'après le président d'SOS homophobie, les cas de transphobie sont très rares, "une minorité de la minorité", dit il. Selon le dernier rapport de l’association, 99 cas de transphobie en rapport avec le milieu scolaire ont été répertoriés l'an dernier. 99 contre 77 en 2016. Dans 76% des cas, ce ne sont pas des professeurs qui étaient victimes, mais des élèves.

Une femme à la tête de Wall Street

À lire aussi

À New York, on ne dit plus monsieur le patron de Wall Street, mais madame la directrice. C'est en effet bien une femme qui prend aujourd'hui ses fonctions à la tête de l'emblématique bourse américaine. Une première depuis sa fondation il y a 226 ans. Elle s'appelle Stacey Cunninghamelle a 43 ans et connait parfaitement les lieux. Elle y est entrée comme stagiaire au milieu des années 90. Elle a commencé raconte ce matin Les Échos sur le floor, aux cotés de traders en veston bleu, et a gravit régulièrement les échelons.

À l'époque, la bourse de New York est, dit-elle une sorte de boy's club, où un tailleur et un barbier travaillent à plein temps. Les toilettes pour femmes étaient aménagées dans une ancienne cabine de téléphone riquiqui, quand les hommes eux avaient droit à un vaste espace. Clairement les temps ont changé. Aujourd'hui les femmes représentent 30% des managers travaillant dans la finance. C'est plutôt plus que les autres secteurs.
Seules 5% en revanche des institutions financières sont dirigées par des femmes.

Monfils, trader

La bourse lui, il adore ça. Monfils profession trader. C'est le titre de cette interview de Gaël Monfils à lire dans les pages sports du journal Aujourd'hui en France. L'ex numéro 1 du tennis français est un passionné de finance, un vrai. Il a même, confie-t-il, fait des stages dans une banque et suit des cours de fiance. Étonnant de la part de celui qui est parfois décrit comme l'enfant terrible du tennis tricolore. Mais Monfils est visiblement beaucoup plus sage, plus posé qu'il n'y parait. "J'exerce, dit-il, un métier où l'on gagne de l'argent, c'est important de savoir quoi faire avec".

Une française vend son hymen aux enchères

D'argent il en est aussi question ce matin dans Libération. À quand l'hymen coté en bourse ?, se demande le journal qui revient sur cette affaire complètement hallucinante. Celle de cette française qui a, et c'est une première, mis sa virginité en vente aux enchères. C'était début mai. Un banquier de Wall Street n'a pas hésité à débourser 1,2 millions d'euros. Je vous entend déjà dire : "Dans quel monde vit on ?" 

Une nouvelle forme de prostitution 2.0. C'est totalement interdit ici en France, légal en revanche chez nos voisins allemands.Là bas, il existe même une agence spécialisée. En 2 ans, elle a conclu 6 enchères de ce type.

Un retour en arrière, le signe d'une domination patriarcale disent ceux qui s'insurgent. Celles qui ont franchi le pas en revanche l'assurent, en agissant ainsi elles montrent, disent-elles que les femmes peuvent vraiment décider ce qu'elles font de leurs corps. On vous laisse juger.

Le film "Bécassine" fait "tousser la Bretagne"

Enfin direction la Bretagne et ce qui fait polémique la bas c'est aussi une femme. Ou plutôt un film sur une femme. De loin la Bretonne la plus connue dans le monde : Bécassine. "Le film fait tousser la Bretagne", titre Le Télégramme, qui raconte qu'un appel au boycott a été lancé contre le dernier long métrage de Bruno Podalydès, dont la sortie est prévue le 20 juin prochain. 

Dans un communiqué envoyé à l'ensemble des cinémas de la région, un groupuscule indépendantiste s'insurge. Il dénonce "une insulte à la mémoire du peuple breton, une insulte à toutes les femmes de Bretagne et à toutes celles qui ont connu l'immigration".

Selon eux le personnage de Bécassine a, je cite, "été inventé par la bourgeoisie parisienne qui aime se moquer des individus qu'elle exploite et opprime à longueur de journée". "Ce film insultant, poursuivent-ils ne pourra pas passer en Bretagne sans en payer le prix fort". De quoi inquiéter certains exploitants. Le message est signé Annaïck Labornez, le vrai nom de Bécassine.

Il y a quelques semaines pourtant, Bruno Podalydès s'était défendu : "Je ne voit pas Bécassine comme la fille sotte telle qu'on la décrit souvent, mais plutôt comme une fille naïve, candide, inventive et dynamique". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/