3 min de lecture Crime

Air Cocaïne : les coulisses d'une évasion

REPLAY - Deux pilotes français ont été arrêtés à Saint Domingue, en 2013, pour avoir transporté 700 kg de cocaïne dans leur avion. Ils ont fui le pays et sont rentrés en France le 24 octobre dernier.

L'Heure du Crime - Pradel L'heure du crime Jacques Pradel iTunes RSS
>
L'affaire Air Cocaïne Crédit Image : AFP | Crédit Média : Jacques Pradel | Durée : | Date : La page de l'émission
Jacques Pradel
Jacques Pradel et Charlotte Meritan

Vous pouvez à tout moment soumettre une affaire à Jacques Pradel. Laissez votre message avec les principales informations nécessaires à l'équipe de l'émission pour programmer, peut-être prochainement, ce fait-divers dans L'Heure du Crime.

L'édito de Jacques Pradel

A la Une de l’heure du crime, le point sur l’affaire Air Cocaïne, après le retour en France des deux pilotes qui sont actuellement entendus par la justice à Marseille.

Tout avait commencé le 22 mars 2013. Ce jour-là, un jet privé qui s’apprêtait à décoller de l’aéroport de Punta Cana, sur l’île de Saint-Domingue, est bloqué au sol par les autorités dominicaines. Les services antidrogue découvrent près de 700 kgs de cocaïne dissimulée dans des valises.

Les deux pilotes et les deux passagers du vol, tous français, sont arrêtés. Malgré leurs protestations d’innocence, ils sont condamnés à 20 ans de prison le 15 août 2015. Ils font appel.

À lire aussi
Des policiers du Raid (illustration) l'heure du crime
La véritable histoire du Raid

Dans la nuit du 17 au 18 octobre dernier, alors qu’ils se trouvent en résidence « surveillée », ils sont exfiltrés par un mystérieux commando, au cours d’une opération digne d’un film d’espionnage.

Avec mes invités, nous revenons sur l’ensemble du dossier et sur les conditions de l’opération exfiltration dont le nom de code était « Dîner en ville ». Un dîner, dont les « convives » étaient les deux fuyards, et le « cuisinier » l’organisateur de l’opération !

700 kg de cocaïne

Le 19 mars 2013, un avion est intercepté avant son décollage de Punta Cana, en République Dominicaine. Il devait se rendre à Saint-Tropez. Fouillé par des hommes en armes et des responsables de la DNCD (Direction Nationale du Contrôle des Drogues), le Falcon 50 dévoile une cargaison de près de 700 kg de cocaïne, répartis dans 26 valises. Les quatre Français qui se trouvaient à bord (deux pilotes, un passager et un apporteur d'affaire) sont arrêtés et incarcérés. 

Pendant plus d'un an et alors que leur procès est reporté une dizaine de fois, les quatre Français clament leur innocence. Ils resteront en prison de mars 2013 à juin 2014. Après plusieurs audiences préliminaires, ils sont remis en liberté en juin 2014 mais assignés à résidence, avec interdiction de quitter le territoire. La durée légale de leur détention provisoire est en effet dépassée. La juge en charge du dossier, Elka Reyes, estime cependant que les charges à leur encontre sont suffisantes et renvoie les suspects devant la justice.

Le procès s'ouvre finalement début août 2015. Après dix heures de délibérations, le tribunal de Saint-Domingue condamne les quatre Français à 20 ans de prison. Leurs familles sont indignées, en appellent aux pouvoirs de l'Etat français. Leurs avocats ont annoncé faire appel de ce jugement.

L'exfiltration

Mais, coup de théâtre, le 24 octobre dernier on apprend que les deux pilotes, Bruno Odos et Pascal Fauret, sont sur le sol français ! Ils ont fui la République dominicaine par la mer, à l'aide de Christophe Naudin, un spécialiste de la sûreté aérienne, et Aymeric Chauprade, ami des deux pilotes. Ils assurent aujourd'hui être prêts à s'en remettre à la justice française.

Bruno Odos et Pascal Fauret auraient été conduits devant une juge d'instruction marseillaise ce matin afin d'être entendus. 

Nos invités

Dominique Rizet, journaliste, consultant Police-Justice pour BFMTV ; Marc Leplongeon, journaliste, spécialiste des questions de justice au Point, co-auteur avec Jérôme Pierrat, du livre L’affaire Air Cocaïne, Mafia et jets privés (Edition Seuil / paru le 1er octobre)Karim Beylouni, avocat au barreau de Paris, avocat d’Alain Castany. 

L'équipe de l'émission vous recommande
Lire la suite
Crime Air Cocaïne Drogue
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants