1. Accueil
  2. Actu
  3. Société
  4. 68% des Français soutiennent les actions pour défendre les APL, selon un sondage
1 min de lecture

68% des Français soutiennent les actions pour défendre les APL, selon un sondage

Un collectif appelle ce samedi 14 octobre à des rassemblements de protestation et veut notamment interpeller les députés de La République en Marche.

Les allocations logement pourraient baisser de 50 à 60 euros pour le parc social.
Les allocations logement pourraient baisser de 50 à 60 euros pour le parc social.
Crédit : ALLILI MOURAD/SIPA
68% des Français soutiennent les actions pour défendre les APL, selon un sondage
01:32
Éric Vagnier & La rédaction numérique de RTL

La grogne monte contre le rabotage des aides personnalisées au logement (APL), dont le montant a diminué de cinq euros le 1er octobre. Un collectif qui s'est baptisé "Vive l' APL" vient de se créer. Et selon un sondage BVA commandé par l'Union Sociale pour l'Habitat, 68 % des personnes interrogées soutiennent les actions menées pour défendre les APL, ils sont 81 % chez les 18-24 ans. 

Le rabotage des APL, annoncé cet été, concerne 6,5 millions de bénéficiaires, dont 800.000 étudiants. Pour justifier cette réforme, Édouard Philippe avait expliqué que ce coup de rabot était nécessaire pour faire des économies. Celles-ci devraient être de l'ordre de 32,5 millions d'euros par mois.

Le collectif appelle à des rassemblements de protestation ce samedi 14 octobre, dans l'après-midi, devant les mairies, les préfectures ou les Caisses d'allocations familiales (CAF) pour réclamer l'annulation de la baisse de cinq euros des APL. Une trentaine d'actions sont d'ores et déjà prévues notamment à Toulouse, Rennes, Nantes, Lille, Lyon, Toulon et Paris. Tous les parlementaires vont par ailleurs être interpellés par le collectif, en particulier les députés de La République en Marche. 

Un référé suspensif déposé devant le Conseil d'État

"Vive l'APL" regroupe environ 70 associations dont Emmaüs, le Secours Catholique, l'Armée du Salut, etc. Le collectif a aussi déposé un référé suspensif devant le Conseil d'État pour demander la suspension du décret. La décision devrait être rendue avant la fin du mois. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/