2 min de lecture Mistral

VIDÉO - Vente de Mistral à la Russie : quand François Hollande tergiverse

VIDÉO ZAPPEUR - D'abord prévue pour octobre, la vente des porte-hélicoptères à la Russie a été suspendue. Mais un officiel russe a quand même reçu une lettre de confirmation.

>
Vente de Mistral à la Russie : quand François Hollande tergiverse Crédit Image : Capture France 2 / RTL.fr | Durée : |
Charline Buda
Charline Buda

Un cafouillage de plus du gouvernement ou un malentendu de la part de Vladimir Poutine ? Alors que la vente des porte-hélicoptères Mistral à la Russie avait été confirmée pour octobre, puis suspendue par François Hollande, le vice-Premier ministre russe a affirmé sur Twitter que la livraison aurait bien lieu, et ce le 14 novembre.

En juillet dernier, pendant que le conflit en Ukraine s'intensifie après le crash du vol MH17 de Malaysia Airlines, le président de la République déclare lors d'un dîner avec des journalistes que la livraison du premier Mistral, contrat passé avec la Russie en 2011 par Nicolas Sarkozy, se fera bien courant octobre. Le deuxième Mistral sera livré sous condition d'accalmie dans le conflit ukrainien.

Une livraison suspendue, mais une invitation envoyée

Mais François Hollande revient sur sa décision début septembre, lors du sommet de l'OTAN. Sous la pression des États-Unis et du Royaume-Uni, il annonce pendant son discours suspendre la livraison des porte-hélicoptères. Les navires seront livrés sous deux conditions : un cessez-le-feu avec l'Ukraine, et une résolution politique du conflit. "Aujourd'hui, ces deux conditions ne sont pas réunies. Comment pourrais-je autoriser la livraison d'un bateau qui pourrait être demain un bateau de guerre alors même qu'il y a cette crise en Ukraine ?"

Un autre rebondissement s'ajoute : le vice-président russe Dmitri Rogozine publie le 29 octobre sur son compte Twitter une photo d'une lettre. Datée du 8 octobre et envoyée par Pierre Legros, numéro 2 du constructeur naval DCNS, celle-ci confirme la livraison du premier Mistral "Vladivostok" le 14 novembre lors d'une cérémonie officielle à Saint-Nazaire.

À lire aussi
Isère : sept mises en examen dans une affaire de pédophilie sur trois enfants faits divers
Mort de deux jeunes du quartier Mistral à Grenoble : que s’est-il passé ?

Cette annonce a depuis été démentie par l'Élysée et DCNS. Le ministre des Finances Michel Sapince 30 octobre invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL, a confirmé la ligne de François Hollande. Pour lui, même si "d'un certain point de vue, ça va mieux, d'un autre point de vue, il y a encore des inquiétudes. Donc aujourd'hui, les conditions ne sont pas réunies."

Le président russe Vladimir Poutine avait quant à lui prévenu lors d'une interview en juin qu'en cas d'annulation de la vente, des pénalités, prévues par le contrat, seraient à payer : "Si la France décide de l'annuler, elle peut le faire, mais nous exigerons un dédommagement, et cela ne contribuera pas positivement au futur de nos relations."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Mistral Russie François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants