2 min de lecture Avions

Vente de Rafale à l'Égypte : une excellente nouvelle pour l'armée française

REPLAY / ÉDITO - La vente de 24 avions Rafale à l’Égypte est une bonne nouvelle pour le groupe Dassault Aviation, mais aussi pour l'armée française.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Vente de Rafale à l'Égypte : une excellente nouvelle pour l'armée française Crédit Image : Damien Rigondeaud | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet Journaliste RTL

C'est une bonne nouvelle parce que le gouvernement s'était engagé, faute de contrat à l'export, a acheter suffisamment d'avions pour continuer à faire tourner les chaînes de production. La filière industrielle emploie au total 7.000 personnes, ça n'est pas rien. Du coup, l'armée a été contrainte de commander plus de Rafale que ses besoins ne le justifiaient

Et cela aurait pu se reproduire sur les cinq ans de la loi de programmation militaire, jusqu'à 2019. Une période durant laquelle Dassault produira plus de 60 appareils, alors que la France ne projette que d'en acheter 26. Le contrat égyptien arrive donc à point nommé. Et il en faudrait en réalité un second assez rapidement, pour lever toutes les inquiétudes sur le budget de l'armée. Un budget assez tendu. On en est à compter sur les économies de carburant, liées à la baisse du prix du pétrole. Car il manque plus de 2 milliards d'euros pour boucler le budget 2015.

Un matériel qui vieillit

Les militaires ont été mis à contribution doublement. D'abord par les plans d'économies successifs des gouvernements, au fil des ans, et par la multiplication récente des opérations à l'international, au Mali, contre l'État Islamique, en Centrafrique. Et bien sûr à la suite des attentats de janvier à Paris, où 10.000 hommes ont été déployés pour protéger le territoire. Un responsable militaire nous disait récemment qu'il ne savait pas comment il allait pouvoir relever les troupes de cette dernière opération lorsqu'il aurait à le faire, compte tenu de la parcimonie actuelle des moyens.

Les militaires se plaignent toujours, c'est vrai, mais c'est vrai aussi que leur matériel vieillit. Les avions ravitailleurs par exemple, ils ont entre 50 et 60 ans d'âge. Les blindés utilisés dans les opérations extérieures en Afrique, près de 40 ans. Il va falloir renouveler ces matériels, et pour cela, il faut de l'argent

L'armée pourrait louer des avions

À lire aussi
Un avion sur le tarmac de l'aéroport (illustration) accident
Allemagne : collision entre deux avions à l'aéroport de Francfort

L'un des articles de la loi Macron, qui va être votée ce mardi 17 février en principe, prévoit un étrange artifice. Ce sont des sociétés privées qui vont acheter les matériels, les avions de transport de troupes comme l'Airbus 400 M, par exemple, ou des frégates militaires. Et elles loueront ces matériels à l'armée, qui acquittera donc un loyer pour transporter ses soldats, plutôt que d'avoir à investir. La grande muette se met au leasing, ou plutôt à la cavalerie.

Cela ne va pas permettre de faire des économies. Au contraire, ça coûtera plus cher, à cause des frais financiers de cette opération. L'armée espère se refaire l'année prochaine, lorsqu'elle aura vendu au secteur audiovisuel privé des fréquences hertziennes qu'elle n'utilise plus. Mais escompter des recettes hypothétiques, ça n'est pas très prudent. En langage courant, ça s'appelle vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Avions Rafale Armée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants