2 min de lecture Économie

Vacances d'été : pourquoi certains Français préfèrent rester travailler

ÉDITO - Une partie des indépendants et salariés font une croix sur les congés pour limiter leur manque à gagner ou tenter de décrocher des petits contrats pendant l'été.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Vacances d'été : pourquoi certains Français préfèrent rester travailler Crédit Image : JEFF PACHOUD / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Armelle Levy
Armelle Levy et Camille Kaelblen

La semaine du 15 août, tout le monde n'a pas baissé le rideau. Les Français ne sont pas tous en congés, loin de là : pour la deuxième année consécutive, une frange de la population française préfère rester travailler pour profiter de la croissance.

C'est particulièrement le cas pour les indépendants - les agriculteurs, les commerçants, les artisans, les chefs d'entreprise. Seulement 55% d'entre eux partent en vacances cette année, soit 12 points de moins en 2 ans.

Même tendance chez les employés de la classe moyenne, selon la dernière enquête du Credoc, le Centre de Recherche pour l'étude et l'Observation des Conditions de vie. 47% des salariés de la classe moyenne prennent la route des vacances cette année, c'est 7 points de moins en 2 ans.

Si certains partent moins, ce n'est pas forcément parce que le moral est bas ou par manque de moyens financiers. C'est même l'inverse : ces travailleurs veulent être là quand l'activité est là.

Les indépendants veulent éviter un manque à gagner

À lire aussi
Julie, une hôtesse de l'air chez XL Airways aviation
XL Airways : en cessation de paiements, la compagnie arrête la vente de billets

Beaucoup d'indépendants, qui ne savent pas de quoi demain sera fait, préfèrent mettre leurs vacances entre parenthèses. Ils préfèrent se montrer disponibles sachant que les vacances sont, à court terme, un vrai manque à gagner pour eux : quand ils ne travaillent pas, ils ne sont pas payés et ne gagnent pas d'argent.

Les salariés de la classe moyenne, eux, ont droit à des congés payés. Alors comment expliquer qu'ils soient eux aussi moins nombreux à partir cette année ? Si le CDI reste de loin le type de contrat le plus répandu, aujourd'hui 87% des recrutements se font en CDD. Et en regardant de plus près le marché du travail, on constate même que 69% des CDD sont des contrats de moins d'1 mois et que 30% sont des contrats d'une durée d'un jour.

Les précaires à la conquête des contrats courts

Les salariés l'ont compris : pour être embauchés, il faut souvent passer par la case "contrat court" et faire preuve de flexibilité. Ils doivent donc être là quand on les appelle ou quand on leur demande de revenir. Les vacances passent après.

Cette tendance de fond a tout de même pour effet d'inquiéter certains salariés de la classe moyenne déjà en poste, bien installés. Cela les place dans une situation d'anxiété. Ils ont peur de basculer du côté précaire, et certains n'hésitent pas à raccourcir leurs vacances, ou à les décaler pour faire bonne figure.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Vacances Croissance
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794409609
Vacances d'été : pourquoi certains Français préfèrent rester travailler
Vacances d'été : pourquoi certains Français préfèrent rester travailler
ÉDITO - Une partie des indépendants et salariés font une croix sur les congés pour limiter leur manque à gagner ou tenter de décrocher des petits contrats pendant l'été.
https://www.rtl.fr/actu/conso/vacances-d-ete-pourquoi-certains-francais-preferent-rester-travailler-7794409609
2018-08-13 09:23:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/x1F1886UTynf0qhu2OKHKQ/330v220-2/online/image/2018/0813/7794409722_un-boulanger-surveille-la-cuisson-du-pain-illustration.jpg