2 min de lecture Info

Travail le dimanche : un jour très lucratif pour certains salariés

REPORTAGE - Un rapport sur le travail le dimanche est remis ce lundi au gouvernement. A Plan de Campagne, près de Marseille, c'est devenu la norme.

Marseille : des personnes entrent dans un grand magasin ouvert le dimanche, le 2 septembre 2012
Marseille : des personnes entrent dans un grand magasin ouvert le dimanche, le 2 septembre 2012 Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Etienne Baudu

La généralisation du travail dominical ne devrait pas être pour tout de suite. Jean-Paul Bailly remet ce lundi son rapport au Premier ministre sur la question et devrait proposer d'augmenter le nombre d'ouvertures exceptionnelles le septième jour : 10 à 12 par an, contre 5 à l'heure actuelle. Mais pas plus.

Le débat est sans fin entre ceux qui veulent préserver la structure familiale et ceux qui mettent en avant les nouveaux modes de consommation. A Plan de Campagne, près de Marseille, la plus grande zone commerciale de France, est ouverte le dimanche. Et le personnel s'y plie sans rechigner.

En cherchant un emploi ici, un salarié sait que forcément les employeurs auront tendance à préférer un candidat qui accepte de travailler le dimanche. C'est en effet le jour où les enseignes réalisent 30% de leur chiffre d'affaires de la semaine. Mais ce n'est pas une obligation.

300 euros par mois

"On a deux hôtesses de caisse qui sont rentrées chez nous comme étudiantes, puis elles sont devenues mamans entre temps", raconte à RTL Olivier, qui travaille au service après-vente d'un grand magasin. "Elles ont fait le choix de ne plus travailler le dimanche et aujourd'hui c'est très bien accepté."

À lire aussi
Le site Whirlpool d'Amiens (illustration) industrie
Les infos de 6h30 - Whirlpool : Emmanuel Macron doit revoir les ex-salariés à Amiens

Alors ici l'accord trouvé avec certains syndicats en 2009 a permis une revalorisation des salaires le dimanche : 300 euros par mois. "Ce n'est pas pour mette du beurre dans les épinards, ça permet d'acheter les épinards car les temps sont durs", explique Olivier.

Cela correspond, dit-il, à un 13e, 14e et la moitié d'un 15e mois de salaire : "Aujourd'hui quelle entreprise peut offrir ça à ses collaborateurs ?" Ce n'est pas travailler plus pour gagner plus : Olivier fait ses 35 heures et prend ses deux jours de congés par semaine.

Les consommateurs semblent y trouver leur compte, et pas seulement pour l'achat de dernière minute qui sauve un dimanche de bricolage. "Avec le travail maintenant on est tellement pris, il y a des gens qui travaillent aussi le samedi donc si on peut se déplacer le dimanche pour faire des achats pourquoi pas." Chaque semaine, le centre commercial accueille ce jour-là près de 150.000 visiteurs.

>
Reportage à Plan de Campagne Crédit Média : Etienne Baudu | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Société Économie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants