1 min de lecture Info

Travail dominical : un collectif traque les petits commerces hors-la-loi

ENQUÊTE RTL - L'intersyndicale Clic-P tente de faire condamner les supérettes et les petits commerces qui ouvrent le dimanche malgré l'interdiction.

Marseille : des personnes entrent dans un grand magasin ouvert le dimanche, le 2 septembre 2012
Marseille : des personnes entrent dans un grand magasin ouvert le dimanche, le 2 septembre 2012 Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et Thomas Prouteau

Les grandes enseignes de bricolage ont l'intention de remettre ça dimanche, et d'ouvrir leurs portes au public en bravant l'interdiction. Opposée au travail dominical, l'intersyndicale Clic-P s'est lancée dans une offensive judiciaire tous azimuts. Dans son viseur : les supérettes et les petits commerces ouverts après 13h à Paris le dimanche.

Le collectif regroupant des membres de six syndicats (CGT, CFDT, CFC, CFTC, FO, SUD) est d'abord parti d'un constat. Chaque mois, une dizaine de contraventions sont dressées par des inspecteurs du travail qui constatent l'ouverture dominicale. Mais l’infraction conduit à de simple amendes de cinquième classe, jugées devant le tribunal de police.

>
Enquête RTL : le collectif Clic-P s'oppose au travail dominical Crédit Média : Thomas Prouteau | Durée : | Date :

Clic-P veut soutenir chaque dossier devant la justice

La condamnation finale excède rarement le millier d'euros. Pas assez dissuasif selon l'intersyndical. Désormais Clic-P s'informe donc sur les dossiers, et se porte systématiquement parties civiles, et demande des indemnités de plusieurs milliers d'euros.

Une stratégie d'usure qui commence à porter ses fruits selon les syndicats. Le mois dernier une supérette qui cumulait un total de 80 infractions a été condamnée à un total de 24.000 euros. Clic-P entend vouloir aller plus loin et porter chaque dossier devant la cour d'appel pour obtenir des condamnations plus importantes.

À lire aussi
Un train Ouigo à Paris Gare de Lyon (illustration) transports
SNCF : Édouard Philippe dénonce "une grève sauvage"

Le collectif, contesté par certains salariés dans sa croisade contre le travail de nuit, assure agir dans l’intérêt de tous. Pour Clic P, Paris n'a pas vocation a devenir un supermarché le dimanche.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Info Société Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants