2 min de lecture Économie

"Toys "R" Us souffre d'une double malédiction", décrypte Christian Menanteau

ÉDITO - Criblé de dettes, le numéro un mondial des magasins de jouets s'est déclaré en faillite. Retour sur une descente aux enfers.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
"Toys "R" Us souffre d'une double malédiction", décrypte Christian Menanteau Crédit Image : MICHAEL NAGLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Le groupe américain de magasins de jouets Toys "R" Us a annoncé s'être placé sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites, à quelques semaines des fêtes de fin d'année, affecté par la concurrence croissante du commerce en ligne. Ses magasins seront-ils au rendez-vous de Noël ? Sans grand risque, on peut répondre "oui". Tout simplement parce que ses 1.600 boutiques dans le monde (dont 50 en France) réalisent 40% de leur chiffre d'affaires durant la période des fêtes de fin d'année. Il serait économiquement stupide de mettre la clé sous la porte avant cette échéance.

C'est techniquement possible. Car ce pionnier du jouet qui, depuis 1948, fascine des générations de bambins dans des magasins de plus en plus luxuriants, est sous la protection d'une procédure de sauvegarde qui lui permet d'échapper à ses créanciers le temps d'une remise à plat des comptes. Une remise à plat Indispensable : Toys "R" Us a 5 milliards de dollars de dettes à rembourser très vite. Un fardeau qui angoisse certains fournisseurs qui ne livrent plus l'ex-star du jouet. Les catalogues proposeront - c'est l'autre certitude - une offre moins riche que l'an dernier.

Victime de fonds d’investissements rapaces

À première vue, cette descente aux enfers est difficile à comprendre. Toys "R" Us réalise 12 milliards de chiffre d'affaires et gagne près de 500 millions par an. En fait, cette enseigne souffre d’une double malédiction. D'abord, elle affronte l'impitoyable concurrence des poids lourds d'Internet - avec en tête Amazon - qui proposent un choix immense, des tarifs serrés et des livraisons tous azimuts.

À lire aussi
Transaction record dans le secteur pharmaceutique économie
Le fabriquant du Botox racheté pour 63 milliards de dollars, un record

Une concurrence qui fait mal, mais qui aurait pu être surmonté si cette société - et c'est son drame - n'avait pas été la proie de fonds d’investissements rapaces. Ces groupes financiers achètent des entreprises en s'endettant à tout va et font supporter la charge des remboursements à l'entreprise qu'ils viennent d'acquérir, avant de la revendre avec de gros bénéfices.

C'est cette mécanique toxique qui étouffe Toys "R" Us. L'entreprise doit rembourser pour le compte de ses nouveaux propriétaires 400 millions tous les ans. Une saignée qui se fait au détriment des investissements et de la qualité de service. Toys "R" Us n'est pas encore morte, mais il ne lui reste plus beaucoup de sang, et ses vampires ne la lâcheront pas.

Les plus

- Le Budget 2018 devrait faire apparaître une baisse drastique des emplois aidés. Ils passeraient de plus de 400.000 à moins de 200.000.

- Total investit dans Eren, une pépite française de l'énergie solaire qui travaille dans les pays émergents.

La note du jour

02/20 à Caterpillar. L'industriel ferme une installation à Amiens qui était hautement profitable avec, de surcroît, 500.000 de subventions pour de nouveaux emplois reçues l'an dernier. Voilà un autre type de société rapace.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Jouets Distribution
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790160981
"Toys "R" Us souffre d'une double malédiction", décrypte Christian Menanteau
"Toys "R" Us souffre d'une double malédiction", décrypte Christian Menanteau
ÉDITO - Criblé de dettes, le numéro un mondial des magasins de jouets s'est déclaré en faillite. Retour sur une descente aux enfers.
https://www.rtl.fr/actu/conso/toys-r-us-souffre-d-une-double-malediction-decrypte-christian-menanteau-7790160981
2017-09-20 07:27:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/KCwO59p_qufiRAJMleo-Xg/330v220-2/online/image/2014/1022/7774948820_000-134068548.jpg