2 min de lecture Économie

Total pèse désormais 7% du marché français de l'électricité

ÉDITO - Total frappe un grand coup sur le marché français de l'électricité et du gaz. Il vient de racheter Direct Energie, le troisième acteur du secteur. C'est une nouvelle bataille qui s'annonce ?

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Total pèse désormais 7% du marché français de l'électricité Crédit Image : ERIC PIERMONT / AFP | Crédit Média : Christian Menanteau | Durée : | Date : La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

La bataille n'est pas déclarée, mais elle se profile. L'acquisition (au prix final de 2,5 milliards d'euros) du premier fournisseur alternatif d'énergie du pays positionne Total comme un concurrent direct - et à terme menaçant - d'EDF et d'Engie. Avec cette opération, Total - qui a récemment lancé l'offre Total Spring - triple son portefeuille de clients.

Le géant du pétrole pèse désormais 7% du marché français de l'électricité. Voilà pour l’immédiat. Car pour satisfaire son ambition (contrôler 15% du marché), Patrick Pouyanné (le PDG du pétrolier) acquiert aussi - et c'est le deuxième volet de l'opération - des capacités de production. Dans les centrales traditionnelles et dans le renouvelable.

EDF et Engie sont-ils réellement menacés par cette intrusion ? Rien n'est écrit. Sinon que la donne va changer. EDF contrôle encore 82% des compteurs électriques de nos foyers. Mais l'ex-monopole perd plus de 100.000 clients par mois.

Engie maîtrise toujours 74% des abonnements au gaz résidentiel. Mais, là aussi, de nouveaux acteurs poussent. Les deux mammouths ont une solide assise, et ils sont loin d'être genou à terre. Reste que l'association de la puissance de Total et de l'expertise de Directe Energie vont, c'est une certitude, secouer le secteur.

Vers une pression sur les prix ?

À lire aussi
La ministre des Transports Elisabeth Borne vacances d'été
Élisabeth Borne recommande de "ne pas envisager des vacances à l'étranger"

La concurrence - il y a vingt-trois fournisseurs d'électricité et dix de gaz en France - n'a, pour l'instant, pas pesé sur nos factures. En grande partie à cause du poids croissant des taxes et des tarifs d’acheminement qui représentent 60% de l'addition et sur lesquels les opérateurs n'ont pas prise.

L'irruption d’un gros calibre devrait, à terme, bousculer cet ordre établi. Le grand rendez-vous est pour 2023. À cette date, les tarifs réglementés devraient disparaître.

Cette mesure aura-t-elle un impact sur l'organisation du secteur ? C'est en tout cas la période où Total espère avoir ses 15% du marché français. La perspective qu'elle joue alors un rôle identique à celui de Free dans les télécoms n'est pas à exclure. Celle que Total ait des vues sur EDF surendettée non plus.

Et puis ce sera un effet collatéral inattendu. La CGT-Énergie, qui sort du bois au nom de la "convergence des luttes", pourrait y perdre une grande partie de son pouvoir d'intimidation sur une filière composée de plusieurs acteurs puissants. Au total - et sans jeu de mot - voilà une emplette dont on n'a pas fini de parler.

Les plus

- Le chômage de longue durée (45% des demandeurs d’emploi) recule pour la première fois depuis dix ans.

- Excellents résultats (15 milliards de mise et 18% de rentabilité) pour la FDJ, dont on annonce une prochaine privatisation

La note du jour

15/20 à Kate Borlongan. Cette trentenaire est tête de liste pour reprendre en main la Mission French Tech. Un défi, cet organisme n’a pas encore convaincu de son utilité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Énergie Électricité
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants