2 min de lecture Auto

Tesla, la marque des voitures 100% électriques, roule sur les jantes

ÉDITO - Le constructeur californien de voitures électriques accumule les pertes financières.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Tesla, la marque des voitures 100% électriques, roule sur les jantes Crédit Image : SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau Journaliste RTL

Tesla, la nouvelle marque star des voitures 100% électriques, roule manifestement sur les jantes. Elle accumule les pertes financières. Trou d’air conjoncturel, accident industriel, débâcle commerciale… Chaque expert y va de sa petite idée. Ce qui est sûr, c’est que le lancement de la Tesla Model 3, destinée au grand public, aiguise les critiques, ravit les jaloux, inquiète les investisseurs et désole les tenants du 100% électrique.

La seule chose qui fait consensus est que cela ne surprend pas les constructeurs traditionnels. Fabriquer en grande cadence, au moins 10.000 véhicules par semaine dans une usine unique et de petite taille ne s’improvise pas. Elon Musk, formidable entrepreneur, a simplement négligé le b.a.-ba du métier. Il devait produire 5.000 Model 3 par semaine ce trimestre, il en sort 260. 

Elon musk va devoir apprendre la modestie

Elon Musk s’est engagé à livrer à ses concessionnaires 500.000 voitures dès 2018, et 1 million dès 2020. Il n’y arrivera pas. Même après avoir licencié 700 salariés jugés pas au niveau, ce défi est d’ores et déjà perdu. Cela dresse un autre mur, celui du financement. Tesla brûle plus d’un milliard par trimestre. De quoi saper sa cote auprès des investisseurs : le cours de l’action plonge de plus de 5%.

Un échec majeur pour n’est pas encore à l’ordre du jour, mais Elon Musk va devoir apprivoiser les vertus de la modestie et de la patience. Il est en bonne voie, puisqu'il il vient de confier aux Chinois le soin d’accélérer d’ici 3 ans les cadences et de réduire les coûts de production avec une usine près de Shanghai. Il n’est pas exclu qu’il s’implante aussi en Europe. La présence de ses superbes voitures à plus de 100.000 € y est marginale. C’est probablement une manœuvre incontournable pour y enraciner des productions grand public. Le problème est que tout cela exige du temps. 

À lire aussi
Le patron de PSA Carlos Tavares en février 2018 auto
Carlos Tavares, le patron de PSA, est l'invité du Grand Jury dimanche

En clair, le sort de Tesla va dépendre en réalité de la réactivité de ses concurrents, les grands constructeurs traditionnels. Volvo, Toyota, Volkswagen, Renault, PSA et les autres nous promettent des dizaines de modèles 100% électriques dans les 5 ans qui viennent. Est-ce que Tesla sera assez costaud pour ce rendez-vous et  intégrer le peloton ? C’est là la clé de son avenir.

Le plus

- On reste dans l’automobile : l’État vient comme prévu de céder 4,7% de ses parts dans Renault. Il s’agit d’alimenter le fonds de 10 milliards pour les investissements stratégiques.

La note du jour

03/20 à Edouard Philippe, Bruno Le Maire et Gérald Darmanin qui ont le projet de couper les subventions des associations de consommateurs. Ce serait une faute. Les industriels et les commerçants ont besoin de cet aiguillon pour améliorer leurs produits et services. C’est un excellent complément de la concurrence.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Auto Voiture électrique Industrie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants