2 min de lecture Polémique

SNCF : le transfert de la dette va peser sur le portefeuille des contribuables français

ÉDITO - On nous avait dit que le l'incorporation de la dette de SNCF Réseau (la société chargée de gérer les infrastructures ferroviaires) dans la dette publique ne pèserait pas sur notre portefeuille. Calembredaine !

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
SNCF : le transfert de la dette va peser sur le portefeuille des contribuables français Crédit Image : AFP / Joël Saget | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Le transfert de la dette de la SNCF dans les comptes de l'État a fait beaucoup parler. On commence à mieux cerner ses conséquences. Bonnes ou mauvaises ?

Pour les finances publiques (c'est-à-dire les contribuables), elles sont assez mauvaises à double titre. Avec cette opération (35 milliards d'euros quand même), nous sommes à la frontière désormais du seuil symbolique des 100% d'endettement par rapport à notre création de richesses annuelles. Notre dette est passée de 96,8 à 98,5%.

Ensuite, parce que Bercy avait assuré le gouvernement que ces décisions ne pèseraient pas sur nos comptes. Ils ont fait tout faux. Cela n'est jamais fameux pour la crédibilité des grands argentiers, et donc pour la confiance des contribuables.
Au départ, le gouvernement avait fait le pari que ces opérations seraient indolores pour les finances publiques. Il avait surtout fait le pari de convaincre l'Insee et Bruxelles que ces opérations uniques - théoriquement l'État ne couvrira plus de futurs dérapages - pouvaient être ignorées. Cela n'a pas marché, et cette erreur d'appréciation se traduit par une addition qui inclus fromage et dessert.

À lire aussi
Nick Conrad polémique
Nick Conrad : Castaner saisit la justice après la diffusion d'un clip de rap polémique

Le fromage c'est l'aggravation de l'endettement du pays. Le dessert c'est un alourdissement des déficits budgétaires : les intérêts à payer sur 35 milliards d'euros représentent environ 1,2 milliard par an supplémentaires.

L'équation budgétaire, l'épine dans le pied de Macron

Cela remet-il en question les engagements de la France vis-à-vis de l'Europe ? Ce sont surtout les engagements vis-à-vis de nous-mêmes, puisque c'est la France qui a imposé en son temps la norme des 3%. Un chiffre magique ou tragique, mais qui n'a d'ailleurs aucune substance économique réelle.

Mais le mal est fait. Le totem existe. Et tout converge pour que l'on flirte, peut-être même très fort, avec cette frontière l'an prochain : ralentissement de l'activité économique, commerce extérieur en berne, niveau des dépenses publiques toujours très élevé, dossier SNCF.

L'objectif affiché de 2,4% de déficit promis en avril - révisé à 2,6% récemment - semble de plus en plus difficile à tenir. L'équation budgétaire reste pour Emmanuel Macron, comme pour ses prédécesseurs, une profonde épine dans le pied.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique SNCF Dette
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794726505
SNCF : le transfert de la dette va peser sur le portefeuille des contribuables français
SNCF : le transfert de la dette va peser sur le portefeuille des contribuables français
ÉDITO - On nous avait dit que le l'incorporation de la dette de SNCF Réseau (la société chargée de gérer les infrastructures ferroviaires) dans la dette publique ne pèserait pas sur notre portefeuille. Calembredaine !
https://www.rtl.fr/actu/conso/sncf-le-transfert-de-la-dette-va-peser-sur-le-portefeuille-des-contribuables-francais-7794726505
2018-09-10 10:30:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/FYgXIiezjbx4dK6KIOFsBg/330v220-2/online/image/2018/0316/7792650781_des-rails-illustration.jpg