3 min de lecture Transports

SNCF : 120 millions d'euros pour inventer les voyages du futur

Le groupe mise sur le digital et les transports alternatifs verts pour se développer dans les prochaines années. Tour d'horizon de cet ambitieux plan.

La directrice de la "SNCF Voyages" Barbara Dalibard lors du lancement des TGV Ouigo à Marne-la-Vallée le 19 février 2013.
La directrice de la "SNCF Voyages" Barbara Dalibard lors du lancement des TGV Ouigo à Marne-la-Vallée le 19 février 2013. Crédit : JACQUES DEMARTHON / AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Train mais aussi autopartage, covoiturage et même vélo... La SNCF a annoncé ce jeudi 15 avril un ambitieux plan de 120 millions d'euros pour intégrer toutes les mobilités via une offre numérique, domaine où elle ambitionne de devenir l'un des "champions" européens.

Dès le mois de juin, dans les 15 plus grandes villes, les usagers de la SNCF pourront bénéficier d'un "sésame unique permettant d'accéder à l'ensemble des billets et à une large gamme de services", promet l'entreprise ferroviaire. 

Baptisée "IDPass", cette carte se double d'une application sur smartphone et "donne accès à l'ensemble des offres et services : réservation de voitures de tourisme avec chauffeurs, autopartage de voitures électriques ou thermiques, information sur la disponibilité de vélos en libre-service et information sur la disponibilité des parkings". 

À lire aussi
Paris est souvent victime de pics de pollution (illustration) transports
DIAPORAMA - Découvrez la nouvelle campagne anti-pollution du gouvernement

Vélo, bus, autopartage...

"Pour rendre la mobilité aussi simple que le fait de prendre sa voiture pour aller d'un point A à un point B, il faut absolument pouvoir intégrer toutes les solutions de mobilité qui sont à la disposition des Français aujourd'hui comme le covoiturage, le vélo, le bus, ce qui se passe avant et après le train, et avant et après un bus longue distance demain", explique Barbara Dalibard, directrice générale "voyageurs" de la SNCF. Elle précise quand même : "Notre vision est que le train reste la colonne vertébrale du transport collectif et de la mobilité partagée".

"Il faut être dans un écosystème ouvert, avec des accords avec des opérateurs locaux, de covoiturage, d'autopartage, de bus, etc. L'objectif est d'intégrer un maximum de mobilités, y compris au niveau européen", indique Barbara Dalibard. 

D'ailleurs, la SNCF a récemment signé un accord de partenariat avec la société américaine Zipcar, filiale d'autopartage du loueur Avis, dont l'offre sera intégrée dans IDPass.

Devenir un exemple en Europe

L'annonce de la SNCF intervient deux jours après l'adoption par le Conseil économique, social et environnemental d'un avis appelant à faire émerger un "champion européen" de la mobilité facilitée par le numérique.

Barbara Dalibard va dans le même sens. À la SNCF, "nous avons tous les atouts pour être l'un de ces champions mais on ne va pas le faire tout seul, et donc l'objectif c'est d'arriver à fédérer tous les transporteurs qui ont la même vision que nous", enjoint-elle. 

La SNCF va investir 120 millions d'euros sur trois ans pour ce plan destiné à développer et simplifier les mobilités, avec pour ambition à moyen terme, selon Barbara Dalibard, de doubler le nombre des voyages en transports en commun d'ici 15 ans. "L'idée, c'est comment on arrive à passer de 10 à 15% des voyageurs de transports collectifs au sens large, à 30% en 2030". 

Convaincre les usagers d'abandonner leur voiture

Avec des mobilités plus fluides grâce au numérique, les Français en quête de déplacement auront moins de réticence à abandonner la voiture individuelle, veut-elle croire. "Cela va être moins cher pour eux, plus efficace, et cela va faciliter la transition écologique".

Indice supplémentaire d'une tendance lourde, la filiale de transport urbain et interurbain de la SNCF, Keolis, a annoncé mercredi un investissement de 30 millions d'euros pour développer notamment "de nouvelles solutions de mobilité connectée" destinées aux autorités organisatrices de transport.

Le smartphone remplace les billets de train

Autre usage du smartphone, voué selon Barbara Dalibard à devenir une "télécommande de la mobilité". La SNCF va regrouper d'ici à la fin de l'année toutes ses applications d'information existantes dans une application unique. Il s'agira selon la responsable d'un "calculateur d'itinéraire (...) qui permet aussi d'intégrer des mobilités de bout en bout".

Répondre aux besoins des voyageurs connectés représente un défi pour la SNCF. "Nous devons être capables de faire voyager chaque jour 10 millions de personnes, mais en même temps être extrêmement précis sur le fait d'apporter l'offre qui convient à chacun", explique la responsable. 

Selon cette dernière, la SNCF réfléchit, dans la lignée d'offres déjà proposées à titre expérimental à Rennes, à des forfaits personnels de mobilité, intégrant transports du quotidien mais prenant aussi en compte des déplacements ponctuels, sur le modèle des forfaits téléphoniques avec une partie "à la carte".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Transports SNCF Environnement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7777384616
SNCF : 120 millions d'euros pour inventer les voyages du futur
SNCF : 120 millions d'euros pour inventer les voyages du futur
Le groupe mise sur le digital et les transports alternatifs verts pour se développer dans les prochaines années. Tour d'horizon de cet ambitieux plan.
https://www.rtl.fr/actu/conso/sncf-120-millions-d-euros-pour-inventer-les-voyages-du-futur-7777384616
2015-04-16 12:32:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/tFDVRpG9Xu7JuQoWEPRNQA/330v220-2/online/image/2015/0416/7777384620_000-par7479556.jpg