2 min de lecture Sécurité sociale

Sécurité sociale : la Cour des comptes veut soigner les dépenses des infirmiers et kinés

REPLAY - Selon la Cour des comptes, la Sécurité sociale ne retrouvera pas l'équilibre avant 2018, voire 2021. La faute, notamment, aux dépenses des kinés et infirmiers.

RTL Midi -  Christelle Rebière RTL Midi Christelle Rebière iTunes RSS
>
Sécurité sociale : les kinés et les infirmiers dans le viseur de la Cour des comptes Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Marie-Bénédicte Allaire
Marie-Bénédicte Allaire et Julien Absalon

À quelques jours de son 70e anniversaire et de l'examen par le Parlement de son budget 2016, la Sécurité sociale reste malade de son déficit chronique. Dans son rapport annuel, la Cour des comptes épingle une fois de plus un retour à l'équilibre qui s'éloigne encore "à un calendrier indéterminé". Elle table au plus tôt pour 2018, mais cela pourrait ne pas intervenir avant 2021. En 2014, le gouvernement visait pourtant 2017.

La Cour des comptes prend surtout le soin de pointer du doigt les dépenses de la branche maladie. L'an dernier, c'était la plus déficitaire de la Sécu avec 6,5 milliards d'euros de pertes. Et ce sont précisément les 103.000 infirmiers et les 64.000 kinésithérapeutes exerçant à titre libéral qui donnent un tour de rein aux sages de la rue Cambon. Leur activité représente à elle seule 10 milliards d'euros. Une somme qui est notamment la conséquence du vieillissement de la population et de l’augmentation des maladies chroniques. Ces professionnels de santé sont donc plus sollicités.

57 infirmiers dans les Yvelines, 419 en Corse

Toutefois, le problème vient aussi d'un déséquilibre dans la répartition de ces praticiens sur le territoire. Deux exemples sont éclairants : pour 100.000 habitants, il y a 57 infirmiers dans les Yvelines contre 419 en Corse. Il y a 47 kinés en Seine-Saint-Denis contre 180 dans l'Hérault. Des dépassements d'honoraires sont à signaler là où ils sont le plus nombreux, 

La Cour des comptes relève également que dans les départements où ces personnels sont le plus nombreux, le nombre d'actes par patient est le plus important. Pour une rééducation du genou, la moyenne nationale est de 32 actes. Pourtant, cette moyenne dépasse systématique la barre des 35 sur le littoral méditerranéen et, parfois, les 51 séances de kinés sont même atteintes.

Des marges de manœuvre importantes existent pour réduire ce déficit

Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes
Partager la citation
À lire aussi
Photo de l'entrée du siège social de la Mutuelle Générale Santé
Les infos de 6h30 - Mutuelles : les prix grimpent, la faute au reste à charge zéro ?

Le syndicat national infirmier préconise alors de revoir leur mode de rémunération. "Ça fait longtemps que les syndicats appellent à une réforme en profondeur de ce mode de rémunération de paiement par demi-heure de soins. C'est un système pervers qui entraîne les infirmières à surcoter puisqu'on les paie à un tarif horaire inférieur au SMIC", dénonce Philippe Tisserand au micro de RTL.

"Des marges de manœuvre importantes existent pour réduire ce déficit", affirme en tout cas Didier Migaud, le président de la Cour des comptes. L'institution prône ainsi pour une régulation rigoureuse de la démographie des professionnels, des mesures de redéploiement vers les zones sous doutées ou encore l'instauration d'une enveloppe de prescription par médecin selon leur patientèle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Sécurité sociale Santé Médecine
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants