2 min de lecture Impôts

Redevance audiovisuelle : la pause fiscale n'aura duré que le temps d'une séquence télé

REPLAY - ÉDITO - On attendait une réforme de la redevance audiovisuelle. On aura finalement droit à une nouvelle hausse des taxes pour le consommateur.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Redevance audiovisuelle : la pause fiscale n'aura duré que le temps d'une séquence télé Crédit Média : Christian Menanteau | Durée : | Date : La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Le pouvoir a tranché : pour combler les déficits de l'audiovisuel public, la redevance va augmenter de 1 euro, et les entreprises de télécommunications vont subir un alourdissement de leur taxe. Faute d'une réforme de la redevance - promesse présidentielle écrasée par les préparatifs électoraux - le gouvernement est allé chercher son inspiration dans les vieilles recettes traditionnelles. En l'occurrence en réactivant la taxe Copé sur les opérateurs de Télécom, instaurée à la va-vite quand Nicolas Sarkozy avait décidé de la fin de la publicité à la télévision après 20 heures.

Cette taxe a fait son office et compensé le retrait de la réclame du service public. Le problème c'est que les pouvoirs publics attendaient parallèlement des efforts de gestion. Ils n'ont jamais eu lieu. Aujourd'hui, Radio France est déficitaire de 21 millions d'euros, et France Télévisions de 10, avec des besoins de financements de 100 millions supplémentaires pour 2016.

Le secteur des télécoms taxé

Solliciter les opérateurs, c'est apparemment  plus indolore.  La première option, c'était de frapper ce qui ne l'est pas encore : ordinateurs, tablette, smartphones... La mine est profonde et les recettes coquettes. La seconde option aurait été de ponctionner  les box Internet. Simple, efficace et ça peut rapporter gros. Problème : on aurait matraqué les Français à qui on promet que l'étau fiscal va se desserrer, et on se fâchait avec les jeunes. Pas bon avant les élections !

Reste donc les industriels des télécommunications. Orange, Free, SFR, Bouygues Telecom sont riches. Surtout, ils n'ont pas la possibilité de se fâcher avec le pouvoir politique. Des entreprises aux poches profondes et aux mains liées, c'est sans risque pour le gouvernement.
Ces sociétés vont payer 30% de plus sur la taxe Copé qui frappe leur chiffre d'affaires. Actuellement, elle rapporte plus de 250 millions d'euros. L'augmentation d'un tiers va rapporter un gros paquet de millions supplémentaires. Orange estime cette surtaxe  à 100 millions d'euros.

L'investissement va en pâtir

À lire aussi
Une déclaration d'impôts en ligne (illustration). fiscalité
Impôts : il est encore possible de corriger votre déclaration en ligne

Si cette ponction ne va pas pousser ces entreprises à la barre du tribunal des faillites, ses conséquences sont déjà prévisibles. D'abord, cette taxe va nécessairement se répercuter sur les factures des consommateurs. Ensuite, l'investissement va, à court terme, subir un coup de frein. 100 millions c'est, par exemple, le budget de l'implantation de la fibre très haut débit dans une grande ville comme Nantes. Or le plan fibre est l'un des rares grands chantiers du quinquennat.

Enfin, cette décision entretient le doute de l'opinion sur le sérieux de la parole politique. Au bout du bout, ce seront les Français qui paieront cette augmentation de la taxe. La pause fiscale n'aura duré que le temps d'une séquence télé.     

la note du jour

13/20 à l'Université Joseph-Fourier de Grenoble et à l'école d'ingénieur INP. Ils lancent le premier centre spatial universitaire spécialisé dans les nano-satellites. Le premier appareil est prévu dès 2020.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Impôts Fiscalité Redevance
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants