2 min de lecture Téléphonie mobile

Rachat de Bouygues par Orange : pourquoi l'accord a échoué

REPLAY / ÉDITO - Orange et Bouygues ont annoncé vendredi 1er avril la "fin des discussions" pour le rachat de la filiale télécoms du groupe industriel par l'opérateur historique.

Christian Menanteau Eco Menanteau Christian Menanteau iTunes RSS
>
Rachat de Bouygues par Orange : pourquoi l'accord a échoué Crédit Image : SIPA / Claude Paris | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Christian Menanteau
Christian Menanteau et Loïc Farge

Orange et Bouygues ne se marieront pas. Si l'accord annoncé comme majeur a échoué, c'est à cause d'une très forte divergence financière. L’État voulait recevoir le maximum pour une entreprise stratégique en pleine mutation au numérique. Bouygues souhaitait donner le moins possible, et surtout ne pas être bridé dans ses prérogatives de futur actionnaire de référence. Bouygues Telecom s’accroche à une valeur de 10 milliards ; Orange et l'État, à celle inscrite dans les comptes du quatrième opérateur (6 milliards). Une divergence insurmontable. Mais ce n’est pas tout. Il y a dans ce dossier beaucoup de non-dits. Bercy n’a pas digéré la découpe par appartement d'Alstom. On y juge que l’ex-fleuron industriel a pâti de la faiblesse des investissements de son actionnaire de référence d'alors, le groupe Bouygues.

Dernier caillou dans les chaussures des duettistes : Xavier Niel. Le patron de Free est en mode sibérien avec Martin Bouygues, et c'est réciproque. Mais pour des raisons de concurrence, il est aussi incontournable dans un accord sur les télécoms en France. Il n’a donc pas hésité à poser des conditions très raides. Elles ont contribué faire reculer le groupe de BTP. Pour réussir une opération de cette envergure, le principal ingrédient c’est la confiance entre les acteurs. À l’évidence, elle n’était pas au rendez-vous.

Occasions ratées

Il y aura donc encore quatre opérateurs, avec un Bouygues Telecom très affecté. L'entreprise est en vente depuis deux ans. Elle doit se reconstruire une stratégie. SFR n'est pas non plus épargné par cet échec. Ce groupe avant prévu de récupérer, contre un chèque de 4 milliards, des réseaux, des fréquences et surtout des clients. Ce n'est pas rien pour un opérateur qui a perdu un million d’abonnés en 2015.

Free rate aussi une bonne affaire : il est pauvre en fréquences indispensables à l’internet mobile et en 4G. Enfin, pour Orange, c’est une occasion ratée de devenir plus puissant, mieux valorisé en Bourse et plus libre d’augmenter ses factures.

À lire aussi
Le logo d'Apple sur un building californien. Connecté
Pourquoi Apple a reçu une amende record de 25 millions d'euros en France

Le contribuable est gagnant. Il conserve 23% d’une entreprise prospère qui versera ses dividendes au Trésor public. Mais à court terme, le très grand bénéficiaire c’est le consommateur. Les quatre acteurs vont se battre à coups d'offres et de prix attractifs pour gagner nos faveurs et être en position de force pour le prochain épisode du feuilleton. Car la ronde des fusions reprendra un jour ou l'autre.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Téléphonie mobile Bouygues telecom Orange
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants