2 min de lecture Paris

Propreté dans le métro : la RATP promet de revoir sa copie

Journaux et papiers sales dans les rames, moisissures dans les couloirs,... L'odorat et la vue des usagers du métro parisien sont parfois mis à rude épreuve. Consciente du problème, la RATP a promis de revoir sa copie.

Des passagers du métro parisien (photo d'illustration).
Des passagers du métro parisien (photo d'illustration). Crédit : AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

01h du matin à la station Pigalle. Jusqu'à la réouverture de la station, à l'aube, une poignée de spécialistes de la propreté ont quelques heures pour lui refaire une beauté. Surfaces décapées, sols cirés, tags effacés : ce grand coup de balai, baptisé "nettoyage patrimonial", intervient une fois tous les deux mois.

"Tout doit être sec à 05h", annonce Thierry Soudeix, responsable propreté de la ligne 12, qui traverse Paris du nord au sud. Le plus fastidieux pour ses équipes : les chewing-gums qui s'incrustent, les autocollants festifs ou revendicatifs apposés un peu partout ou les tags, dont la peinture se glisse entre les carreaux.

Le ressenti des voyageurs n'est pas très bon.

Franck Avice, directeur du département Services et Espaces multimodaux à la RATP
Partager la citation

La propreté est un défi majeur pour la RATP, qui s'est faite taper sur les doigts par le Stif, l'autorité organisatrice des transports franciliens, pour ne pas avoir atteint les objectifs fixés. Outre ce malus financier, "le ressenti des voyageurs n'est pas très bon", reconnaît Franck Avice, directeur du département Services et Espaces multimodaux à la RATP, en charge de la propreté.

"On n'est pas très satisfaits", confirme Yves Boutry, vice-président de l'association des usagers des transports d'Ile-de-France. "Ce qu'on constate c'est qu'en fin de journée, les rames sont jonchées de quotidiens gratuits. Il y a un peu trop de négligence", décrit-il, pointant aussi du doigt les "problèmes d'humidité" et les "vitres abîmées par des coups de cutter".

70 millions d'euros annuels

À lire aussi
Des manifestants de la Manif pour Tous, en 2016 (illustration) élections municipales à Paris
Municipales à Paris : un ex-soutien de la Manif pour tous évincé de la liste de Buzyn

Si Franck Avice avoue qu'il faut "consacrer beaucoup de moyens pour redresser la barre", il explique que la RATP pâtit aussi "du comportement des voyageurs, qui mangent et boivent dans les trains et laissent des papiers". L'an dernier, une campagne contre les incivilités a été largement diffusée.

La présence de sans abris, dont certains vivent jour et nuit dans les couloirs du métro, peut aussi se révéler problématique. Une équipe spéciale de la RATP, le Recueil social, est chargée d'aller à leur rencontre et de les orienter vers différentes structures comme les accueils de jour.

"Consciente des attentes de ses clients et des améliorations à apporter", la RATP a annoncé à la rentrée la signature d'un nouveau marché qui sera déployé à compter du 1er octobre, pour un montant de 70 millions d'euros chaque année. Mais la tâche est ardue. Au programme : 366 stations et gares, un millier de trains, 400 km de voies à inspecter, laver, astiquer.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Paris RATP Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants