1 min de lecture Économie

Privatisation de l'aéroport de Nice : coup d'envoi en septembre

L'État veut vendre ses parts dans les aéroports de Nice, Cannes et Saint-Tropez. Le premier appel d'offres devrait avoir lieu mi-octobre.

L'aéroport de Nice (archive).
L'aéroport de Nice (archive). Crédit : VALERY HACHE / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Le Parlement avait donné son feu vert au printemps à la privatisation des aéroports de la Côte-d'Azur. Le processus se met désormais officiellement en marche. Il sera lancé en septembre, avec les collectivités locales, en vue d'une cession de la part majoritaire de l'État au premier semestre 2016. 

"La concertation sur le cahier des charges et la procédure de cession sera lancée en septembre", indique le ministère de l'Économie ce mardi 28 juillet. "La clôture de l'opération est prévue au premier semestre 2016". Bercy précise que "l'État associera étroitement les acteurs locaux". Le processus concerne la société Aéroports de la Côte-d'Azur (ACA), gestionnaire des aéroports de Nice, Cannes-Mandelieu et Saint-Tropez. Celle-ci est est détenue à 60% par l'État, qui souhaite vendre la totalité de sa participation. Le reste du capital est partagé entre la Chambre de commerce et d'industrie (CCI) de Nice-Côte d'Azur (25%) et les collectivités locales (région PACA, département des Alpes-Maritimes et métropole de Nice, 5% chacune).

ADP sur les rangs

Une procédure de dialogue compétitif devrait être privilégiée, avec un premier appel d'offres mi-octobre, débouchant sur une préqualification mi-novembre. La seconde phase, à partir de décembre, devra aboutir à un choix définitif à la fin du premier trimestre 2016, précise à l'AFP Jacques Kleynhoff, président du conseil de surveillance d'ACA et vice-président de la CCI. 

Les élus locaux demandent pour leur part demandé à l'État de "garantir l'autonomie de la plateforme azuréenne par rapport aux Aéroports de Paris" (ADP), indique le maire de Cannes David Lisnard. "Nous avons collectivement exprimé le fait que ce n'était pas notre meilleur candidat", rassure Jacques Kleynhoff. ADP avait signalé dès février son intérêt pour l'aéroport de Nice, sans certitude de présenter une offre. L'État "regardera à la fois le projet social et industriel", précise Bercy. Le projet choisi "devra constituer un moteur de développement au service de l'attractivité et du rayonnement" de la Côte-d'Azur. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Bercy Nice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants