2 min de lecture Chômage

Pôle Emploi : le contrôle généralisé des chômeurs est "tout à fait justifié", selon Raymond Soubie

REPLAY - 200 agents supplémentaires vont entrer en fonction afin de contrôler 180.000 chômeurs par an alors que les radiations pour non recherche d'emploi ne représentent que 2% des radiations.

Yves Calvi 6 minutes pour trancher Yves Calvi
>
Pôle Emploi : le contrôle généralisé des chômeurs est "tout à fait justifier", selon Raymond Soubie Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : Yves Calvi | Durée : | Date : La page de l'émission
Yves Calvi
Yves Calvi et Claire Gaveau

Après l'expérimentation dans quatre départements, le gouvernement a décidé d'étendre les contrôles généralisés à tout l'Hexagone. Fin septembre, 200 agents supplémentaires vont être investis afin de contrôler près de 180.000 demandeurs d'emploi.

Une mise en place saluée par Raymond Soubie, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et ancien président du conseil d'orientation de Pôle Emploi. "Je crois que le contrôle des chômeurs est tout à fait justifié. Si l'immense majorité des chômeurs est vraiment à la recherche d'un emploi, il y a sans doute une petite minorité qui n'est pas forcément active", a-t-il déclaré alors que les demandeurs d'emploi sont tenus de rechercher activement un emploi sous peine de sanctions. "Ils peuvent avoir des sanctions qui vont d'un simple avertissement, à la suspension de leur droit et à la radiation en cas de récidive", a-t-il listé.

Et si cette nouveauté s'inscrit avant tout dans un "processus de redynamisation" et non de radiation, celle-ci pourrait avoir davantage de résultats. "Jusqu'à présent, les contrôles n'avaient pas de résultats, les radiations pour non recherche d'emploi ne représentent que 2% des radiations. En France, on compte 13.500 radiations sur un total de 3,5 millions de chômeurs", a-t-il justifié. 

À lire aussi
Les syndicats et les représentants des chefs d'entreprises, CFDT, FO, CGT, CFE-CGC, CFTC, MEDEF, CPME et U2P devaient se retrouver mardi 11 décembre pour une nouvelle séance de négociations Chômage
"Gilets jaunes" : les négociations sur l’assurance-chômage sont reportées

Distinguer les conseillers des agents de contrôle

Et avec ces 200 agents supplémentaires, Pôle emploi compte bien développer des "contrôles aléatoires" ou "prendre des catégories dans les métiers en tension", a décrypté Raymond Soubie. Les critères ? Examiner de manière plus approfondie leur démarche en vérifiant leur envoi de CV et leur réponse à de possibles offres.

Une situation compliquée à l'heure actuelle : "Aujourd'hui ça ne se passe pas comme cela. Ce sont les mêmes agents qui aident les chômeurs à retrouver un emploi, avec souvent un portefeuille avec des centaines de chômeurs, et leur autre travail de contrôle passe au second plan, ce qui est normal". 

À 8h15, avec son ou ses invités Yves Calvi donne les clés pour se faire une idée sur la question du jour ou le débat du moment qui agite l'actualité.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Chômage Pôle emploi Travail
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7779491624
Pôle Emploi : le contrôle généralisé des chômeurs est "tout à fait justifié", selon Raymond Soubie
Pôle Emploi : le contrôle généralisé des chômeurs est "tout à fait justifié", selon Raymond Soubie
REPLAY - 200 agents supplémentaires vont entrer en fonction afin de contrôler 180.000 chômeurs par an alors que les radiations pour non recherche d'emploi ne représentent que 2% des radiations.
https://www.rtl.fr/actu/conso/pole-emploi-le-controle-generalise-des-chomeurs-est-tout-a-fait-justifier-selon-raymond-soubie-7779491624
2015-08-25 11:57:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/6Io2xH3NDp_IWH_hisG0Qg/330v220-2/online/image/2015/0825/7779494515_raymond-soubie-ancien-conseiller-de-nicolas-sarkozy-en-octobre-2010.jpg