4 min de lecture Cgt

Pénurie d'essence : blocages, manifestations, risque de pénuries... À quoi joue la CGT ?

ÉCLAIRAGE - La confédération tient tête au gouvernement concernant la loi Travail et multiplie les actions, afin de fédérer ses adhérents.

La CGT manifeste contre la loi Travail en mai 2016
La CGT manifeste contre la loi Travail en mai 2016 Crédit : BORIS HORVAT / AFP
MariePierreHaddad75
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Grèves des transports, risque de pénurie d'essence, possible blackout… La CGT a déclenché une vaste opération de blocage afin de lutter contre le passage en force de la loi Travail. Tout a commencé avec le blocage de la raffinerie de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône). Les forces de l'ordre sont intervenues pendant deux heures, mardi 24 mai, pour déloger les occupants. Selon le syndicat, elles auraient utilisé des grenades lacrymogènes et des canons à eau. De leur côté, les manifestants ont mis en place "une résistance importante", avec jets de projectiles, feux de palettes et de pneus, selon préfecture de police. L'affrontement a fait sept blessés légers parmi les policiers.

Ensuite, les menaces et mises en garde par médias interposés. Manuel Valls a assuré sur Europe 1 que "d'autres sites seront libérés" et que "l'État fait preuve de la plus grande fermeté et d'une grande détermination". Mais pas question pour Philippe Martinez. Selon lui, le Premier ministre "joue un jeu dangereux" en tentant d'"opposer la CGT aux citoyens", sur BFMTV.

Les deux hommes se sont ainsi lancés dans un bras de fer. Selon Alba Ventura, éditorialiste politique chez RTL, "Philippe Martinez rêve-t-il d'une grève générale ? C'est son fantasme : rééditer le blocus de 1995. On a vu pour l'instant que ça n'avait pas marché avec les routiers, puisque le gouvernement leur a donné gain de cause sur les heures supplémentaire et qu'ils ont mis fin aux barrages. Surtout le mouvement de la CGT n'a pas encore trouvé d'écho dans la Fonction publique ni dans le secteur privé. L'unité qu'il tente de recréer se limite seulement aux plus extrémistes pour le moment. Cela n'a pas échappé à Manuel Valls, qui exclut le retrait de la loi".

À lire aussi
Des salariés bloquent l'entrée d'un magasin Carrefour à Lomme, en mars 2018 (illustration) emploi
Les actualités de 6h30 - Grande distribution : une grève contre les suppressions de postes

Conserver son statut de premier syndicat de France

Mais que cherche à faire la CGT ? Le 18 avril dernier, la confédération générale du travail s'était réunie en congrès à Marseille. L'heure était grave : depuis plusieurs années, le syndicat est en perte de vitesse et cela pourrait lui coûter sa place de premier syndicat de France lors des prochaines élections professionnelles. L'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy sur les questions sociales, Raymond Soubie, indique dans les colonnes du Parisien que "même si elle reste la première centrale syndicale, la CGT perd des parts de marché au bénéfice des syndicats réformistes, même dans ses bastions comme la SNCF ou EDF au profit de la CFDT". Selon Francetvinfo, "en 2013, elle réunissait 26,77% des suffrages, talonnée par la CFDT et ses 26%".

Le désintérêt des Français se serait notamment manifesté après le scandale du coût des travaux de l'appartement et du bureau de fonction de l'ancien secrétaire général, Thierry Lepaon. Cet événement l'a contraint à démissionner en janvier 2015. Cela a entraîné la tenue d'une nouvelle élection afin de désigner le secrétaire général du syndicat. C'est ainsi que Philippe Martinez a été élu. À l'antenne de RTL, le délégué CGT du groupe automobile PSA, Jean-Pierre Mercier, expliquait que "ces quatre dernières années, on a subi des attaques de tous les côtés avec la loi Rebsamen, la loi Macron et le pacte de responsabilité (…) Je pense que l'on ne s'est pas assez battu et que la confédération n'a pas été à la hauteur". 

Cependant, un sondage Ifop dévoilé par RTL montre que 6 Français 10 estiment que le mouvement contre la loi Travail est "justifié". Cette étude révèle que les sympathisants du Front de gauche et du Front national sont les plus nombreux à juger le mouvement justifié, avec respectivement 88% et 78% d'entre eux. À l'inverse, les sympathisants socialistes ne sont que 49% à comprendre le mouvement et ceux du parti Les Républicains 43%.

Durcir le ton et s'unir autour d'un même adversaire

Ainsi, la CGT a pris le parti de durcir le ton et tente une ligne plus "dure" depuis l'élection de Philippe Martinez. D'après Le Monde, le secrétaire général "politise son discours. Alors que la gauche de la gauche est en miettes, il se place dans la posture de chef de l’opposition de gauche à François Hollande et Manuel Valls et anticipe une défaite de la gauche en 2017. 'Hollande et Valls utilisent les mêmes méthodes que Nicolas Sarkozy en 2010, a-t-il déclaré samedi à Wizernes (Pas-de-Calais). Face à la lutte des salariés, ils envoient les forces de l’ordre pour casser les grèves'".


Le journal poursuit en ajoutant qu'"avec ce conflit, il se relégitime et ressoude la CGT, dont les fédérations avaient de plus en plus tendance à s’autonomiser par rapport à la centrale". Le Figaro estime que l'enjeu est de taille car le syndicat cherche avant tout à unifier ses troupes. "Pour ressouder les troupes, rien de mieux que de se trouver un ennemi commun : en l'occurrence, le gouvernement." Le nouveau patron du syndicat est même allé jusqu'à s'afficher en une du Journal du dimanche en train de jeter un pneu dans le brasier allumé devant le dépôt pétrolier Total d'Haulchin (Nord). "Du jamais-vu", selon un expert social cité par le quotidien conservateur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Cgt Syndicats Essence
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783382377
Pénurie d'essence : blocages, manifestations, risque de pénuries... À quoi joue la CGT ?
Pénurie d'essence : blocages, manifestations, risque de pénuries... À quoi joue la CGT ?
ÉCLAIRAGE - La confédération tient tête au gouvernement concernant la loi Travail et multiplie les actions, afin de fédérer ses adhérents.
https://www.rtl.fr/actu/conso/penurie-d-essence-blocages-manifestations-risque-de-penuries-quoi-joue-la-cgt-7783382377
2016-05-26 11:47:37
https://cdn-media.rtl.fr/cache/J_dCtfII-5DlZBZJmQy0GA/330v220-2/online/image/2016/0525/7783383233_la-cgt-manifeste-contre-la-loi-travail.jpg