2 min de lecture Jean-Marc Ayrault

Passes d'armes en série entre Pierre Moscovici et Jean-Marc Ayrault

DÉCRYPTAGE - "Remise à plat de la fiscalité", remplacement de hauts-fonctionnaires à Bercy... le Premier ministre tente de reprendre sur la main sur le ministère de l'Économie, au détriment de Pierre Moscovici.

Jean-Marc Aylrault et Pierre Moscovici, le 4 novembre 2013.
Jean-Marc Aylrault et Pierre Moscovici, le 4 novembre 2013. Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
micro générique
La rédaction numérique de RTL

"Il n'y a aucun problème personnel ou de ligne politique avec ce que fait le Premier ministre", assurait le ministre de l’Économie, Pierre Moscovici, lors de son arrivée à la réunion de l'Eurogroupe vendredi 22 novembre à Bruxelles.

Pourtant, les événements de ces derniers jours ont plutôt tendance à le contredire. Au cours d'une série de passes d'armes plus ou moins discrètes, Jean-Marc Ayrault tente de reprendre la main sur Bercy, au détriment de Pierre Moscovici.

Moscovici évincé de la "remise à la plat" de la fiscalité

La première offensive de Jean-Marc Ayrault s'est faite via une déclaration surprise. Dans un entretien aux Echos le 19 novembre, le Premier ministre a annoncé que le "temps [était] venu d'une remise à plat de notre fiscalité". Problème : son propre ministre avait affirmé le contraire quelques jours plus tôt. "Il n'y a pas de volonté de bouleverser le système", déclarait Pierre Moscovici le 5 novembre.

Plus qu'un simple bug de communication, c'est une véritable mainmise du Premier ministre qui est en train de s'opérer. Pierre Moscivici n'aurait été prévenu de l'annonce de "la remise à plat" qu'au dernier moment, par un coup de téléphone de Matignon. Il ne participera d'ailleurs pas aux réunions avec les partenaires sociaux sur le sujet prévue lundi et mardi. Il sera en Chine, pendant que le Premier ministre s'adonnera à cette tâche.

À lire aussi
Edouard Philippe, le 31 mai Matignon
Les avantages des anciens premiers ministres encadrés pour plus de transparence

Ce n'est pas la première fois que le Premier ministre et Pierre Moscovici font preuve de décalage. C'est au ministre de l’Économie que l'on doit la formule sur le "ras-le bol fiscal", qui n'avait fait que renforcer l'impression de cacophonie dans la communication du gouvernement.

Pierre Moscovici n'est pas nécessairement le premier maître à bord

"Le Monde"
Partager la citation

Ménage à Bercy

L'opération de reprise de contrôle de Matignon et de l’Élysée sur Bercy, c'est aussi un remaniement des hauts-fonctionnaires à la tête du ministère. Selon Le Monde, Ramon Fernandez et Julien Dubertret, anciens conseillers de Nicolas Sarkozy et François Fillon, respectivement directeurs du Trésor et du budget, restés en poste après le changement de gouvernement, vont être remplacés très prochainement.

C'est le strauss-khanien François Villeroy de Galhau et l'ancien directeur de cabinet de Martine Aubry, Denis Morin, qui prendraient leurs places pour superviser la fameuse "remise à la plat" de la fiscalité.

Matignon confirmait l'information au Monde… pendant que le ministre de l'Economie démentait. "Cette séquence confirme que Pierre Moscovici n'est pas nécessairement le premier maître à bord", concluait le quotidien.

Moscovici contre-attaque

Pierre Moscovici garde la tête haute. Vendredi à Bruxelles, lors de la réunion de l'Eurogroupe, il a tenu à afficher sa bonne entente avec le directeur du Trésor annoncé sur le départ, Ramon Fernandez. "J'ai de l'estime pour son travail, je connais sa loyauté", a-t-il affirmé.

A présent, le ministre de l’économie n'écarte plus la possibilité d'un départ du haut-fonctionnaire, mais "si changements il y a, ils doivent se faire en conseil des ministres, sous la responsabilité du ministre compétent", soutient-il. Une manière de réaffirmer son rôle. Et en coulisses, il irait même plus loin. "Puisqu'on l'oblige à couper le cordon, Moscovici aimerait pouvoir choisir le successeur", affirme une source gouvernementale à l'AFP. La messe n'est pas dite.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-Marc Ayrault Matignon Parti socialiste
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants