3 min de lecture CFDT

Pacte de responsabilité : Hollande entretient le flou

Le président de la République veut des contreparties "vérifiables" à l'allègement des charges sociales pour les entreprises, mais sans les chiffrer.

François Hollande à Amsterdam, lundi 20 janvier 2014
François Hollande à Amsterdam, lundi 20 janvier 2014 Crédit : AFP
studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et AFP

François Hollande a prévenu mardi 21 janvier qu'il exigerait des contreparties "mesurables" aux allègements de charges promis aux entreprises, sans toutefois chiffrer les créations d'emplois attendues, faisant de la lutte contre le chômage la mère de toutes ses batailles.

"Quel vœu formuler pour 2014? Le seul qui vaille, le seul qui nous engage, le seul qui compte, c'est l'emploi", a lancé le chef de l’État, qui présentait les objectifs de son "pacte de responsabilité" à l'occasion de ses vœux aux partenaires sociaux réunis sous les ors de la salle des fêtes de l’Élysée.

"C'est maintenant que tout se joue", a-t-il insisté, parlant même d'une "démarche de salut public" devant le Premier ministre Jean-Marc Ayrault, une dizaine de membres du gouvernement et plus d'une centaine de responsables patronaux et syndicaux, au premier rang desquels le patron des patrons, Pierre Gattaz.

Discours de principes

À lire aussi
Un micro RTL travail dominical
Le journal de 8h : travail dominical à la Fnac, la CFDT signe à son tour l'accord

Sur les contreparties demandées aux entreprises, le président Hollande s'est en revanche contenté d'un discours de principes, laissant aux partenaires sociaux le soin de les arrêter dans le détail. Elles devront être "claires, précises, mesurables" en termes de créations d'emplois, avec deux priorités, les jeunes et les seniors, a-t-il tout juste prôné.


Le calendrier, lui, est clairement fixé, avec une "grande conférence économique et sociale" au printemps pour arrêter les termes précis du pacte. En social-démocrate désormais assumé, François Hollande a vanté la méthode de l'exécutif, "celle du dialogue social" qui "a fait ses preuves".

Et à ceux qui seraient tentés par un refus de principe voire la politique de la chaise vide, il a lancé cet appel : "Le pacte de responsabilité ne suppose pas nécessairement l'accord de tous, et je le comprends, mais il appelle la participation de tous". Quant au volume des allègements de charges que Pierre Gattaz souhaitait voir préciser, François Hollande a confirmé qu'il serait de l'ordre de 30 milliards d'euros avec la suppression d'ici à 2017 des cotisations familiales pesant sur les entreprises.

Les syndicats très divisés

Interrogé après l'allocution présidentielle, le patron du Medef est resté sur sa faim, exprimant sa "forte inquiétude" devant le "flou" des engagements présidentiels sur la fiscalité et la baisse des charges des entreprises tout comme la réduction des dépenses publiques, "clés de voûte de ce pacte de responsabilité" selon lui. "Ne transformons pas (les) contreparties en tribunal", a-t-il encore imploré, assurant que le Medef se "mouille" pour l'emploi. Sur la même ligne, la CGPME s'est refusée à quantifier les créations d'emplois potentielles.

"Il faut que les engagements soient définis branche par branche avec des objectifs en termes d'embauches", a estimé au contraire le leader de la CFDT, Laurent Berger, qui menace sinon de ne pas entrer dans la danse. La CGT, qui s'est abstenue de toute réaction immédiate, avait toutefois prévenu qu'elle ne pratiquerait pas "la politique de la chaise vide". Quant à Jean-Claude Mailly, le numéro un de FO, il a confirmé que son organisation resterait à l'écart du pacte de responsabilité. FO n'en "sera pas, c'est une question de principe", a-t-il tranché.

"Train de mesures" de simplification pour les entreprises

François Hollande a quant à lui estimé que "les discussions doivent commencer tout de suite" : il "n'y a pas de temps à perdre" au moment où "la croissance est faible, trop faible pour créer de l'emploi", a-t-il expliqué.


Alors que le chômage touche 3 millions de Français, la "bataille pour l'emploi" relève de l'urgence, a-t-il dit. Par ailleurs, deux options restent sur la table concernant le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi (CICE), qui représente à lui seul 20 milliards d'euros d'allègements : le "transformer purement et simplement en baisses de charges" ou le maintenir et le "compléter".

Pour réaliser les économies nécessaires sur la dépense publique, chiffrées à 50 milliards d'euros, François Hollande table tout particulièrement sur la simplification des démarches administratives des entreprises qui doit aussi permettre, selon lui, de "gagner plusieurs points de croissance". "Immédiatement" après la remise d'un rapport ad hoc, le gouvernement préparera un "train de mesures de simplification mises en œuvre par ordonnances", un processus qui "se répètera tous les six mois", a-t-il précisé.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
CFDT François Hollande Jean-Claude Mailly
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7769019150
Pacte de responsabilité : Hollande entretient le flou
Pacte de responsabilité : Hollande entretient le flou
Le président de la République veut des contreparties "vérifiables" à l'allègement des charges sociales pour les entreprises, mais sans les chiffrer.
https://www.rtl.fr/actu/conso/pacte-de-responsabilite-hollande-entretient-le-flou-7769019150
2014-01-21 15:53:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/yQ5MIiQrmD1yvHwR-uN2rg/330v220-2/online/image/2014/0120/7769000270_francois-hollande-a-amsterdam-lundi-20-janvier-2014.jpg