3 min de lecture Consommation

Oeufs contaminés : 3 questions pour comprendre le scandale

Dix millions d'oeufs en provenance des Pays-Bas et distribués dans plusieurs pays d'Europe, dont la France, ont été contaminés au fipronil, un insecticide jugé "modérément toxique" par l'Organisation mondiale de la santé.

Photo d'illustration d'oeufs biologiques prise près de Berlin le 11 janvier 2010
Photo d'illustration d'oeufs biologiques prise près de Berlin le 11 janvier 2010 Crédit : AFP / JOHANNES EISELE
Marie Zafimehy
Marie Zafimehy

Dix millions d’œufs contaminés, distribués dans sept pays d'Europe. Le scandale des œufs au fipronil prend de l'ampleur sur le continent. Initialement produits aux Pays-Bas, les lots ont voyagé jusqu'en Allemagne, en Suède ou encore au Royaume-Uni. Lundi 7 août, le ministère de l'Agriculture a annoncé dans un communiqué que treize lots ont été distribués en France entre le 11 et le 26 juillet. 

La Belgique a confié avoir été alertée dès début juin de la présence de fipronil dans certains échantillons d’œufs mais s'être réfugiée derrière le "secret d'instruction" pendant l'enquête. Pendant ce temps, aux Pays-Bas la situation devient préoccupante pour les éleveurs. Selon la Fédération nationale de l'agriculture et de l'horticulture (LTO), des centaines de milliers de poules ont été abattues mais ce chiffre pourrait à terme atteindre des millions. Des millions d’œufs ont également été retirés de plusieurs supermarchés européens. 

1 - Comment les oeufs ont-ils été contaminés ?

Tout est parti des Pays-Bas où 180 élevages ont été bloqués dès la semaine dernière "en raison de la présence suspectée de fipronil due à l'utilisation possible de l'antiparasitaire DEGA 16", explique le ministère de l'Agriculture dans son communiqué. Le produit avait été fourni aux éleveurs par la société néerlandaise Chickfriend spécialisée dans le traitement des parasites et notamment des "poux rouges", maladie fréquente dans les élevages de volailles.

Chickfriend se fournissait chez Poultry Vision, une société belge produisant le DEGA 16. Les responsabilités ne sont pas encore clairement établies mais il ressort des premières observations, que l'antiparasitaire contenait du fipronil, un insecticide pourtant interdit d'utilisation dans les élevages d'animaux destinés à la chaîne alimentaire.

2 - Le fipronil est-il toxique ?

À lire aussi
Animaux, cuisine, jardinage :  stop aux idées reçues ! consommation
Chiens et chats, cuisson des pâtes & jardinage : stop aux idées reçues !

Le fipronil est classé comme "modérément toxique" par l'Organisation mondiale de la santé, et présente des risques pour la santé de l'homme s'il est ingéré en grandes quantités. Il s'agit d'un insecticide régulièrement employé dans le domaine vétérinaire comme remède aux parasites, mais qui reste interdit d'utilisation pour le traitement des animaux de la chaîne alimentaire.

Mais les premiers résultats d'analyse se veulent rassurants. Les premiers examens d'échantillons d’œufs menés par les autorités belges depuis début juin et publiés dans un rapport lundi 7 août, révèlent que les quantités de fipronil contenues dans les lots ne sont pas assez importantes pour menacer la santé des consommateurs

Le ministère de l'Agriculture français précise également que "la présence de traces de fipronil ne constitue pas en soi un risque". Mais il ajoute que "seules les analyses engagées permettront de déterminer si le niveau de contamination de ces produits est susceptible de présenter un risque pour la consommation".

3 - À quel point la France est-elle concernée ?

"Les professionnels de l'amont (producteurs d’œufs) ont été informés et il leur a été demandé de vérifier leurs approvisionnements", rassure le ministère de l'Agriculture dans son communiqué. Aujourd'hui, trois exploitations sont concernées par une possible contamination au fipronil. 

Le 28 juillet, un élevage de volailles du Pas-de-Calais a été mis sous surveillance après signalement par l'éleveur de l'utilisation de fipronil par son fournisseur d'antiparasite. "Aucun œuf issu de cet élevage n'a été mis sur le marché, les résultats des analyses en cours seront connus à la fin de la semaine", précise le ministère. 

Par ailleurs, deux autres établissements fabricant des produits à base d’œufs ont reçu 13 lots en provenance des Pays-Bas. Situés dans la Vienne et dans le Maine-et-Loire, ils ont acheté respectivement 30 000 œufs et 200 tonnes d’œufs. "Des investigations sont menées dans ces établissements par les services de contrôles du ministère de l'Agriculture pour évaluer la situation (les produits concernés et leur destination) et bloquer les produits incriminés à des fins d'analyses", détaille le communiqué du ministère.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Consommation Pays-Bas Scandale
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants